« Emilie, creusoise: espèce menacée ? | Accueil | Henri Weber rate son limogeage »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert

L'image que donne le PS avec la constitution des listes européennes est déplorable,le désastreux Congrés de Reims a détruit ce Parti et il ne pouvait en être autrement car faire d'abord voter les militants sur des motions présentées par des courants qui ne sont que des écuries pour les prochaines élections présidentielles,puis faire élire par les mêmes militants leur premier secrétaire est contraire à toute logique.
En réalité Martine AUBRY ne représente pas 70 % des militants mais 50 % et la composition des instance nationales et des listes électorales aurait dû être faite en conséquence.
N'étant pas membre du PS je ne veux pas me méler de sa cuisine interne mais je ne me désintéresse pas du sort du plus grand parti de la Gauche et je crains qu'il ne subisse aux élections européennes une cuisante défaite qui ne profitera pas à l'UMP dont la politique est rejetée par une majorité de français mais au Centre et à l'Extréme Gauche et je comprends que dans ces conditions Ségolène ROYAL se tienne à l'écart comme François MITTERRAND a eu l'habileté de le faire à plusieurs moments de sa carriére.

Cécile Fortineau

Ton amère et visiblement douleureuse expérience du parachutage reparait encore dans cette note... Il est vrai que pour cette élection de 2009, c'est encore une fois cruel si les choses restent en l'état. Je trouve que passer de président de région à député européen, c'est une suite logique, les régions travaillant étroitement avec l'Europe.Cette candidature de Denanot me paraissait intéressante.

Ce n'est pas l'argument du poste déjà occupé qui a prévalu (surtout qu'on sait depuis longtemps, que Denanot quitterait la présidence de région s'il devait siéger à l'Europe). Comme tu l'as bien remarqué avec ton oeil de lynx, la belle lorraine ségoléniste, Aurélie Filipetti, investie pour les européennes est actuellement députée... J'imagine qu'elle laissera son poste, amené à disparaitre dans le cadre des suppressions de circonscriptions... Donc pas de cumul de mandat pour elle non plus, ce serait un pêché ségoléniste. mais ce pêché-là n'est pas vraiment puni encore en politique. Le "catéchisme" ségoléniste dans ce domaine ferait bien d'être entendu par le plus grand nombre.

Ce qui est donc choquant c'est que c'est bien une histoire de courants, qui a nui à Denanot, quand il y a plus de courants que de places d'elligibles, on fait bien des malheureux.

Le pseudo vote de demain est aberrant dans le sens où on nous demande de surtout voter pour ces listes car elles ont été adoptées à une écrasante majorité par les instances parisiennes : à quoi bon alors nous faire perdre une soirée? La vraie démocratie aurait été de soumettre les candidatures aux militants pour que les listes soient établies par le vote des militants, sans donc tenir compte des courants... plus qu'un courant d'ère, il va falloir une vraie tempête pour balayer les vieilles coutumes socialistes et faire que le PS ne devienne pas un parti éphém-ère... A la cathédrale de Reims, plus que Synthèse on aurait du implorer sainte Rénovation !

et le pire de tout, c'est que la presse ne relayera que nos états d'âmes et toujours pas le fond du projet socialiste pour l'Europe. Que de temps de parole médiatique gâché et contreproductif...

jironi

Et oui, et oui...

Mais pour une rénovation du PS et une implosion des pratiques douteuses, il fallait voter Ségolène Royal et non pas Martine Aubry !

Robert

Nous attendons la suite du feuilleton sur les élections européennes

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.