« Les résultats des Européennes à Aubusson | Accueil | Home, sweet home »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

artine

Bien qu'il soit difficile de transposer sur le plan national les élections européennes on peut néanmoins en tirer quelques conclusions:
Sur le plan local la gauche est majoritaire.
Sur le plan national elle l'est également.
On constate trois échecs et deux victoires:
-Echec de la majorité présidentielle qui bien qu'arrivant en tête rassemble moins d'un électeur sur trois alors qu'elle réunit toute la droite.
-Echec du PS qui paie ses divisions et son absence de vision politique claire et particuliérement échec de Martine AUBRY qui n'a pu ou su rassembler les socialistes avec sa majorité hétéroclite composée dans le seul but de faire obstacle à Ségolène ROYAL.
-Echec du MODEM dont la politique n'est pas apparue compréhensible aux électeurs.
-Victoire des Ecologistes qui ont proposé un nouveau mode de développement économique et ont su attirer nombre d'électeurs de gauche particuliérement ceux qui avaient voté pour Ségolène ROYAL.
-Victoire enfin,consternante, de l'absention la grande majorité des français étant désorientés par une Europe dont ils voient les méfaits:délocalisations, ultra libéralisme mais ne saissisent pas les avantages et cela durera tant que l'Europe ne se sera pas dotée d'un exécutif indépendant des Etats et qui assurera l'harmonisation des salaires et des charges et avantages sociaux.
_

Francois TETEVIDE

Bertrand Delanoë a appelé à "une remise en cause profonde de notre culture démocratique et de nos comportements, de la base au sommet".

"C'est une sanction des électeurs à l'encontre de notre comportement, notre nombrilisme, nos divisions et nos querelles", renchérit Arnaud Montebourg.

Je cite deux hommes de gauche qui utilisent le même terme "comportement", un : Delanoé que j'avais trouvé très humain lors de sa campagne électorale municipale et que avait fait preuve d'un grand humanisme en reconnaissant ses erreurs, son imperfectibilité et ne se reposant pas sur une gloriole auto-satisfaisante. "… remise en cause de nos comportements…", prise de conscience qu'au niveau national qu'au niveau local, il y a un fossé entre l'attitude des représentants socialistes et les attentes du citoyen lambda,
et le 2nd sachant que c'est un homme avec lequel notre maire a certaines affinités "…une sanction des électeurs à l'encontre de notre comportement, notre nombrilisme…"… bien Arnaud Montebourg a compris qu'il fallait peut être en finir avec une certaine arrogance socialiste, retrouver un électorat qui s'est dispersé et qui ne se reconnaît plus dans le PS actuel… un retour a une certaine humilité et a une prise de conscience plus terre à terre des difficultés du quotidien de ce qui est censé faire son électorat.

La droite libérale l'emporte lors de ses élections, cette même droite représentante du capitalisme, celui là même qui a vacillé sur ses fondations, celui là même qui licencie à tour de bras à l'heure actuelle pour sauver ses profits, ce capitalisme qui est responsable par ses errances sans garde-fous de la crise majeure… et c'est la droite libérale qui remporte les élections.
Qu'on me pince, je dois rêver éveillé, la gauche n'avait elle pas toutes les cartes en main en ces temps incertains pour les remporter ces élections, pour proposer un ordre nouveau européen où l'intérêt de l'individu l'aurait emporté sur les grandes sociétés industrielles qui régissent de plus en plus notre quotidien. La voie ne lui était elle pas toute tracée ?
… et c'est la droite qui est là, bien présente… ne le doit elle pas simplement aux errances du socialisme européen, aux décalages flagrants des élus aux différents échelons qui ont des priorités toutes autres des réalités du terrain.
Le "hic" c'est que cela date depuis le 21 avril 2002… encore combien de temps pour que le PS fasse une bonne fois pour toute son auto-critique, soit sur la même longueur d'onde et soit surtout porteuse d'un projet où l'électeur se reconnaît enfin.
Le PS doit il faire une mue comme l'UMP l'a fait avec le RPR ?

"Le score du PS est la démonstration du fait que la stratégie qu'il propose ne vaut rien", a affirmé J.L. Mélenchon.

MarieThérèse Allérat

Je reprendrais la phrase de Ségolène en 2007:"Nous avons un devoir de victoire."
Aujourdhui,je ressens plus d'espoir que de déception.
Moi aussi je pense que les propositions que j'ai entendues hier soir vont dans le bon sens.
De plus, nous avons l'intelligence de deux femmes "debout!"

Je citerai Aristophane, dans son oeuvre"L'Assemblée des Femmes":
"Par le jour qui approche, osons un tel coup d'audace, essayons de prendre en main les affaires de l'Etat pour pouvoir faire ainsi à l'Etat quelque bien..."
Alors, au travail!
Marie-Thérèse Allérat

jiròni

Je suis déçu car c'est le congrès de Reims qui a cassé toute dynamique de rénovation!

Pour moi, Aubry et Fabius ne sont pas crédibles dans ce rôle! Ils n'ont pas encore compris pourquoi Jospin a été éliminé du premier tour de la préisdentielle.

Quant à l'écologie, c'est un thème qui est quasi inexistant dans le discours du PS (à part dans le discours d'une ancienne candidate à la présidentielle, ancienne ministre de l'écologie)!!

Un certain directeur du FMI avait à l'époque dit que l'écologie "c'était un problème de gonzesse"... Hum hum ...

Continuons sur cette lancée et le 2d tour de la présidentielle opposera un écolo à Sarkozy!

mariyka

A l'heure de l'analyse et du bilan : lettre ouverte à Martine Aubry et aux dirigeants du PS :

http://www.jeune-garde87.org/2009/06/08/lettre-ouverte-a-martine-aubry-et-aux-dirigeants-du-parti-socialiste/

Robert PETIT

La gauche française doit tirer les conclusions du taux d'absention record aux élections européennes et de ses divisions qui ont laissé le champ libre à l'UMP.
La gauche européenne doit s'interroger sur son absence de programme qui a causé son échec.
A mon avis la seule solution pour sortir l'Europe de l'impasse du conservatisme est de créer une Europe fédérale avec un gouvernement européen qui mettra en place une politique commune dans les domaines sociaux et économiques,hamonisera la justice et le défense et mettra fin aux dérives techocratiques de la Commission de Bruxelles.

Sebe

Michel,
il y a une chose que je ne comprend pas avec le PS : c'est qu'à chaque congrès, c'est la grande entente, un vrai consensus autour de valeurs communes...entente de facade qui ne passe pas le cap de la moindre défaite... Comment construire l'avenir, et la victoire dans la durée avec ca ?
l'autre chose qui me gène, c'est ta phrase : "le parti est resté trop longtemps sans travailler". J'ai entendu DSK dire la même chose en 2007 ; Mollande idem en 2002 ! et d'autres dimanche soir. Pendant ces années, les 1ers secretaires sucessifs nous ont serinés à longueur d'antennes que le PS travaillait sur de nouveaux projets, sur une rénovation, pour mieux prendre en compte les aspirations de la population, etc. Et à chaque défaite, on fait ce constat que le parti n'a pas assez travaillé. J'avais déjà écrit sur ton blog en 2007 que ce constat me semblait grave, car il témoigne à mon sens de l'éloignement des élus nationaux (en dépit de leurs multiples mandats locaux)et des besoins de la population ; qu'il me semblait refléter le manque de respect qu'implique le fonctionnement d'un grand parti comme le PS envers les gens qui votent pour eux... Je suis triste aujourd'hui de voir que le PS ne bougera jamais ; triste de me dire que la gauche au pouvoir, c'est pas pour demain. Triste, mais las des constats identiques, et des solutions miracles que les Peillon, Mosco et Montebourg apportent à chaque défaite : leur candidature comme remède unique et efficace. Triste, mais vacciné !

Robert PETIT

On comprends pourquoi le PRG n'a pas donné de consignes de vote lors des élections européennes,dans un communiqué ce parti précise :
que la majorité présidentielle aurait tort de croire qu'elle est victorieuse car elle n'a pu rassembler que moins d'un électeur sur trois.
que l'élection sur un mode régional est une erreur car seul un scrutin sur liste nationale était compatible avec ce type d'élection,d'autant plus que les listes ont été composées par la direction du PS sans tenir compte de l'implantation géographique des candidats et sans aucune concertation avec ses alliés.
le PRG qui dispose d'un groupe parlementaire au Sénat et bientôt à l'Assemblée Nationale est un partenaire avec lequel il faudra compter.
Seule une primaire ouverte à gauche ,un programme précis réaliste et offensif permettront de gagner la prochaine présidentielle.

Roger Southon

Ceux qui ont le plus parlé de l'Europe ont reçu la reconnaissance du corps électoral. Paradoxalement, les socialistes, qui sont à l'origine du Traité de Rome, et pour qui la construction politique de l'Europe constitue l'un des fondamentaux, ont été sanctionnés. Pourquoi? Parce que, depuis des années, nous n'avons plus eu le courage de prendre clairement position en faveur des Etats Unis d'Europe (en dehors de Ségolène Royal à Rezé...).Rien ne sert de gémir. Pensons à l'avenir, et soyons plus avisés sur nos thèmes de campagne, et quant à nos futures alliances. Prenons l'initiative d'un vaste rassemblement républicain, résolument pro-européen. Le Socialisme ne se construira pas "à l'échelle d'un seul pays", mais au niveau de l'Europe Unie. Mais soyons conscients que pour cela, de longs et pénibles efforts sont encore nécessaires. Espérons !

Carte

Je retrouve ce blog aprés un court séjour dans le Var au cours duquel je suis "tombé" sur le journal que Mr Vialatte,député maire de Six Fours Les Plages distribue aux électeurs de sa circonscription.Cela n'a rien à voir avec les européennes,mais sa réponse à une question m'a laissé sans et je voudrais la livrer à la réflexion de chacun.
Question:Quelle est votre quotidien de député?
Réponse:En général,je passe deux jours à Paris et les 5 autres jours en circonscription.A Six Fours,mon premier travail c'est tôt le matin d'aller ouvrir mon laboratoire d"analyses médicales.Je m'efforce d'y passer deux à trois heures par jourparce que c'est un métier que j'aime et qui me fait vivre.Je pense que les hommes politiques puissent vivre sans avoir besoin de leurs indemnités

C'est cette dernière phrase qui m'a laissé pantois

Cécile Fortineau

Le problème des motions et des courants, c'est que les gens défendent des personnes et des écuries présidentielles plus que des idées. Il faut à mon avis casser tout ça. Ce n'est que de la démocratie d'apparat. Ça produit les effets contraires à ceux recherchés. Et on finit par excès de « démocratie » (?!) à produire le contraire de ce qu'on voudrait : plein de secrétaires nationaux pour ne pas froisser trop de monde, bref un gros mammouth qui a du mal à avancer...

Quant aux idées écologistes, je suis inquiète. J'entends depuis le 7 juin, ici ou là, des socialistes dire qu'Europe Ecologie a fait son score parce que 2 jours avant il y avait le très beau film Home à la TV. Comment peut-on se forcer ainsi à rester aveugle alors que le score de 16% identique au PS mérite plus qu'une prise de conscience !!! J'ai entendu aussi que ça ne durerait pas, on a vu de beaux résultats à des élections notamment européennes qui ne se concrétisent pas ensuite... C'est vrai que c'est un défi pour Europe Ecologie mais ils ont fait un travail remarquable sur internet et sur le terrain avec des gens désintéressés des guéguerres partisanes politiciennes (Besset, Joly, des membres de France Nature Environnement, fondation Hulot), bref des experts crédibles qui ont renouvelé le style et l'approche... Donc que je crois que ça ne fera pas pschitt mais que c'est bien parti pour eux et je m'en réjouis pour la planète et les générations futures.

Je vous invite à lire le mail de Jean-Paul Besset, député Europe Ecologie de notre région, qu'il vient d'adresser à tous les signataires du manifeste Europe Ecologie (http://www.creusedavenir.fr/?p=581). Je l'avais signé même si j'ai voté PS le 7 juin. Mon objectif est vraiment de faire progresser les idées écologistes au PS. Si vous lisez le discours de Ségolène Royal du 15 juin, vous trouverez pas mal de similitudes avec celui de JP Besset (http://www.creusedavenir.fr/?p=573). Pour moi c'est clair. Si le PS continue à chercher à tuer Royal, il mourra avec elle. Ses idées doivent absolument être reprises. On a perdu à ces élections du 7/06 dans l'abstention les gens qu'elle avait réussi à convaincre lors des présidentielles "l’abstention record en France (60 %) comme en Europe (57 %) avec des pointes à 80 % dans les départements d’outre-mer et à près de 90 % dans de nombreux quartiers de banlieues en passant par 70 % chez les 18-30 ans, 70 % chez les ouvriers et employés, cette abstention appelle un sursaut, une audace nouvelle, surtout ici à Désir d’Avenir où notre raison d’être a toujours été la démarche participative c'est-à-dire la conviction que toute politique qui se fait sans le peuple, sans les citoyens, est une politique qui finit par se faire contre les peuples"
Et en plus elle porte sicèrement depuis toujours très haut les couleurs de l'économie verte !

et M. Weber, il écrit quand aux militants socialistes qui l'ont élu? Il s'engage aussi comme JP Besset à rendre compte de son travail au Parlement?

Wait and see.

Cécile Fortineau

Pour répondre à Sébe, je dirais que moi-aussi, ça me désole d'entendre que le PS "ne travaille pas assez". C'est pour commencer une erreur de communication. Comment le peuple peut-il avoir envie de confier des responsabilités nationales et européennes à un parti qui ne "travaillerait pas (assez)"? Mais la communication n'est pas le fort du PS depuis bien longtemps : du bulletin de vote invisible, sans couleur pour les européennes, aux tracts et dépliants avec tant de textes que seuls les plus courageux les lisent (et je n'en fais même pas toujours partie), etc... sans parler de la couleur rouge vif en arrière plan dans nos prestations (rouge vif : le sang de la révolution? dans une société française vieillissante et conservatrice que Sarkozy aborde en voulant liquider mai-68, on a tout faux). Ségolène a choisi une couleur mauve/violet qu'on voyait déjà dans la présidentielle : "demain ne se fera pas sans toi", référence à la démocratie participative, "impose-toi dans le débat" qu'on peut reprendre aussi à son compte,... Cette couleur est moderne, gaie, sans référence à la révolution. Alors je vois déjà Michel me réppndre avec le replatrage, pas besoin de Valérie Damidot (Déco) au PS... ce serait un plus d'avoir pourtant plus de conseillers en communication, dans les formules, comme dans les couleurs, la mise en page des tracts et le nombre de caractères maxi par page, le nombre de photos mini par page,... ça irait déjà mieux...

Les vieilles recettes ne font plus recettes, et si le PS entrait dans le XXIème siècle, une société certes de surconsommation qu'on veut améliorer mais qui passe par les médias (le site internet du PS est également un modèle de ce qu'il ne faut pas faire : trop chargé, trop d'informations, on a du mal à trouver ce qu'on cherche). Bref, on gagnerait à avoir plus de jeunes, plus de gens proches du peuple pour concevoir tout ça (on aurait des documents plus agréables, plus concis, plus percutants et donc plus lus, un vocabulaire plus peuple). Ségolène le fait : comparez le site Désirs d'Avenir et celui du PS,... Elle mixe dans son équipe expérimentés (Rebsamen, Bianco,...) et jeunes (Filipetti, Batho, Garot,...). L'audace, la fougue, les idées neuves de la jeunesse, la sagesse et l'expérience des aguerris. Mais sa garde rapprochée est resserrée et cohérente : 10 dans le comité d'animation politique auquel j'aurai le plaisir d'assister samedi, pour représenter le Limousin. On ne peut pas en dire autant de Martine.

Quant au travail sur le projet socialiste, il est pour moi un préalable à toute réflexion sur des primaires de la gauche. Une primaire n'est pas une auberge espagnole. On n'est pas crédibles actuellement pour discuter avec Front de Gauche et Europe Ecologie. J'avais parlé de cette question avec JP besset : il n'est pas chaud pour des primaires car "trop de divergences". Un travail préalable s'impose et des réunions de concertation préalable. On ne lance pas la primaire comme ça, il n'y a pas de solution miracle. Il faudrait que le PS arrive en ordre de marche avec les idées claires,... intégrant les défis d'aujourd'hui et notamment la mutation économique que nous devons enclencher très nettement : d'une économie productiviste à une économie verte, c'est-à-dire respectueuse de la planète et solidaire des générations actuelles et futures. Tu remarqueras, Michel, que je ne parle pas de croissance verte mais d'économie verte... petite nuance révélatrice. Je l'ai trouvée et approuvée dans le programme d'une université organisée par Ségolène à Poitiers (30/09-2/10/2009): "alternatives théoriques au paradigme de la croissance ; vers une "économie verte" http://www.desirsdavenir.org/segolene-royal/les-actualites/universites-avec-edgar-morin-et-segolene-royal/10-06-2009

Effectivement la notion de croissance devra également être encadrée par la gauche. C'est un point de clivage avec la droite : il y a la croissance qui permet de dégager des bénéfices pour les actionnaires (et là on cherche le plus de croissance possible, la croissance pour la croissance) et la croissance qui vise à donner du travail, créer des activités dans une juste répartition des richesses et sans trop de croissance pour limiter les impacts sur l'Environnement et sortir de cete frénésie de consommation.

C'est tout à fait dans l'air du temps dans le domaine sur lequel je travaille (les déchets sont le meilleur indicateur de la société de consommation, avec la crise, les tonnages chutent d'ailleurs : recyclables comme déchets enfouis) : on va signer un programme de prévention des déchets : au programme justement : réduction de 5 kg/an/hab pendant 5 ans de la quantité des déchets : Pour ce faire : partenariats avec les grandes surfaces, communication sur la consommation d'eau du robinet, développement de filières de valorisation, sensibilisation à l'écoconsommation, création d'une recyclerie où certains déchets actuellement déposés en déchèterie seront remis en état et revendus (emplois à la clé),etc...

Cécile Fortineau

je me permets de relayer ici le point de vue d'un de mes collègues ségolénistes qui réagit à mes 2 commentaires sur ta note "d'amères européennes" :

Les idées, sont comme l'encre par rapport au buvard, elles pénètrent lentement dans les cerveaux...pour ce qui concerne l'écologie, je partage ton opinion, il serait fou de ne voir qu'un effet de mode dans le succés de la liste verte même si des effets de report sanction pour le Ps ont contribué à son score. L'idée écolo suit son chemin. les gens s'aperçoivent bien qu'avec l'essor démographique constant (même si certaines études prévoient un plafonnement à moyen terme) la vie sur terre ne pourra continuer avec un tel rythme d'épuisement des ressources naturelles et des effets connexes destructeurs pour l'humanité toute entière.
Faire l'impasse sur cette émergence de plus en plus forte serait une faute politique !!!

2eme point : La communication du PS est atone et dispersée, sinon contradictoire : Quelle réponse aux 67 ans prévus pour la retraite : rien ! le PS croule sous les idées, les papiers, les chroniques de tous bords, les propositions des uns et des autres, tout ça pour arriver à faire croire à l'opinion qu'il n'a rien à dire parce qu'il n'a pas d'idées !!! c'est tout de même dingue ça !!!! je veux bien croire que les médias sont inféodés au pouvoir mais tout de même !!

C'est un Montebourg qu'il faudrait comme porte parole : faconde de l'avocat, esprit de répartie: un avocat contre un autre avocat ce serait une stratégie au lieu de Hamon, triste comme un jour de pluie, charisme = à zéro. Un casting lamentable, tout comme le choix des listes aux européennes. Y a t il des pilotes dans l'avion ? Il faut en finir avec les demi choix pour faire plaisir à tout le monde, il faut un patron ou une patronne !!

Enfin le PS se meurt du déni de démocratie opposé à Ségolène, de sa démolition en règle par les caciques vieillissants contre le choix des militants. Oui le PS est devenu un parti d'appareil comme le PC, un parti d'élus locaux et de professionnels de la politique. S'il ne parvient pas à se réformer comme il le prétend tous les 6 mois, il faudra créer un autre parti avec Ségo à sa tête !!

michel moine

Finalement la question est : qu'est le socialisme du XXIe siècle ? Autrement dit, quel modèle économique et social prétend-il incarner aujourd'hui ? A n'en pas douter, forcément dans une démarche respectueuse de la planète, et des ressources disponibles pour les générations futures, avec , bien évidement la question sur les règles du partage des richesses.

J'entre, depuis déjà quelques temps, dans la catégorie des vieux militants. Je me souviens d'un mode de fonctionnement du Parti, dont la doctrine se définissait dans des conventions thématiques, aboutissement des débats et contributions dans les sections. Cette méthode posait forcément une exigence, avec laquelle il faut renouer, ce qui a été annoncé, et je m'en réjouis.

Enfin, même si je pense que le PS doit être poreux vis à vis des influences extérieures, notamment intellectuelles et dogmatiques, je suis beaucoup plus circonspect quand il s'agit de créer un rapport de force militant, largement fondé sur l'extérieur. Je considère qu'il faut choisir: soit dedans, soit dehors. Dedans, c'est un courant, légitime à peser dans les débats du Parti, dehors c'est un autre mouvement, avec ses propres règles, mais qui ne peut prétendre dicter ses vues à une autre organisation que lui.

Après tout, c'est bien le sens de ta conclusion, Cécile ! Débarrassée de l'inertie, voire l'hostilité du PS comme tu l'affirmes, Ségolène pourra vraiment mesurer la réalité de son poids politique...

Cécile Fortineau

comme tu sous-entends qu'elle est "légère" politiquement, je te réponds justement que la légèreté permet de s'élever, de se dépasser et de ne pas rester ancré dans le sol du passé, les vieilles habitudes et méthodes... Pour moi projet novateur ce n'est pas synonyme de naïveté/légéreté politique. Ce que les hommes politiques reprochent vraiment à Ségolène, ce n'est pas son manque de poids (politique), c'est qu'elle ferait ce qu'elle dit si elle prend la tête du parti!!! : et ce n'est pas les alliances avec les verts ou le modem qui gènent mais plutôt l'arrêt du cumul des mandats, qu'elle est quasiment la seule à s'appliquer à elle-même avec Delanoe... Parce que après, la démocratie participative, l'écologie, je pense que ça vient tranquillement (voire parfois déjà nettement) chez les élus socialistes.

Tu imagines que dans le réseau désirs d'avenir, ça discute fort entre ceux qui encore appellent à créer un nouveau parti autour de Ségolène (quitte à disperser un peu plus les voix de la gauche? pas le bon plan!) et ceux qui comme moi travaillent pour qu'elle s'impose un jour naturellement dans SON parti, NOTRE parti. Le temps presse, mais on y croit encore très fort. Et nous nous n'avons pas cessé de travailler avec la base. De nouveaux "sympathisants" nous rejoignent régulièrement pour nous dire ce que le peuple dit du PS, attend de nous. Nous ne restons pas en vase clos, entre élus soucieux essentiellement de leurs réelections. Nous avons déjà ouvert les portes et les fenêtres... Et l'air de l'extérieur nous fait du bien, il enrichit notre travail, sans que nous perdions notre âme. Au PS, parfois, on étouffe, mais on préfère le sauver que le tuer ce parti.

A Désirs d'Avenir, on travaille certes à côté du PS, car on nous a barré la route de la direction de ce parti, mais on travaille pour préparer le changement, la vraie rénovation du PS, avec une politique au service des français, qui nous ramène au pouvoir. Le vrai pouvoir, c'est le Président de la République qui l'a. On ne peut pas se contenter de se satisfaire de gérer les collectivités locales...

pause café terminée. A plus!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.