« CQFD ? | Accueil | Le grand déménagement »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert

ESTROSI est un ignorant qui interpréte l'histoire à sa façon car la cause de la montée du nazisme ce n'est pas "l'identité allemande" qu'HITLER a au contraire dévoyée mais la situation catastrophique de l'économie de ce pays causée par un traité de Versailles irresponsable et par le laxisme des nations démocratiques

Jerome Bel

Pas si surprenant que ça, de la part d'un tel représentant du sarkozysme, cet amalgame typique du révisionnisme de l'Histoire qu'orchestre à nos frais Henri Guaino, à l'aune d'une idéologie ultralibérale qui voudrait se parer de quelques vertues gaulliennes.
Cette déclaration d'Estrosi, outre qu'elle indique une crasse ignorance des faits (la cruciale année de 1923 le démontre à elle seule) est un énième symptome d'une confusion des valeurs républicaines, tout à fait entretenue et déjà successivement mise en oeuvre par une vision édulcorée de la colonisation française, puis par d'indignes caricatures des mémoires de la Résistance et de la Shoah, en passant par une volonté d'instrumentalisation des Lettres Françaises (de Césaire à Camus et NDiaye).
De tels propos ont pour visée d'alimenter par la polémique le débat tronqué sur l'identité française, à dessein électoralistement connotée comme "nationale" car élaborée comme véritable matrice pour désagréger encore plus la cohésion sociale du pays tout entier; au risque du pire communautariste en ces temps de dure crise économique pour une majorité de citoyens.
Ils accompagnent ainsi la dissimulation médiatique de l'incurie désormais avérée d'un mouvement politique qui, en de nombreuses strates et avec le bénéfice de trop nombreuses cécités, porte aussi atteinte à tous les domaines de notre culture et de ses modalités d'enseignements.
Ce que souligne aujourd'hui François Noudelmann, enseignant de philosophie à Paris VIII, dans une excellente tribune publiée par Libération.
Mise au point aussi précise que salubre et que l'on ne manquera pas de considérer aussi au regard de ce qui constitue le coeur de toute culture, cet Art qui, particulièrement en Aubusson, demeure un des gages de la vie démocratique tout au long de sa passionnante et complexe histoire; cela malgré les tristes heures dont Estrosi réifie la mémoire en une démagogie outrepassant par de telles paroles les limites de la décence intellectuelle

Cécile

Berlusconi a pris ce soir un coup "au casque" lors d'un meeting... Il ne faut souhaiter de mal à personne mais il fait pour moi partie avec Sarkozy de ces tyrans dictateurs modernes, qui verrouillent la presse, placent leurs proches, exacerbent un ultralibéralisme au service des profits immédiats (si possible des copains), étalent leur richesse,... La guerre de quelques uns qui veulent tout posséder.

Quelque part la rébellion du peuple est rassurante. Mais quel dommage d'en arriver là. La violence n'est jamais une bonne solution. Est-ce que cela servira à quelque chose? L'explosion destructrice qui menace le monde arrive car il y a excès de casse du pacte républicain, des avancées sociales obtenues par le Conseil National de la Résistance.

Rien à voir avec l'identité nationale. La France est une terre d'accueil, nous aurons besoin comme beaucoup d'autres pays européens de nouvelles vagues d'immigrations pour pallier notre démographie vieillissante. Et puis dans les prochaines décennies, il y aura les exilés climatiques, ceux qui fuieront (ça a déjà commencé) leur terre inondée, desséchée ou gelée... Saurons-nous les accueillir, leur offrir un statut et des droits? C'est pour moi le principal enjeu de Copenhague, par delà la querelle sur l'origine naturelle ou humaine du déréglement climatique. Son pays, parfois, même si on l'aime, on est obligé de le quitter... ce n'est pas pour celà qu'on est un sous-citoyen.

Robert

Le premier ministre grec vient de prendre une décision capitale:s'attaquer aux super-bénéfices des banques et des grandes sociétés,réduire le salaire des hauts fonctionnaires et des grands patrons en fait mettre fin à la spéculation financiére et à la corruption qui ont conduit la Gréce à la faillite et rétablir la situation en réduisant sa dette.
En France c'est tout le contraire,conseillé par JUPPE eT ROCARD! SARKOZY et son incapable ministre LAGARDE ont décidé d'emprunter aux banques accroissant ainsi la dette publique,le grand effort national pour sortir de la crise n'aura pas lieu et la France est menacée à court terme du sort de la Gréce,"la faillite"
Quand comprendra-t-on à droite comme à gauche que pour sortir de la crise il faut changer notre forme de société,que l'ultra libéralisme est mort et que les citoyens doivent pouvoir contrôler directement les élus,seule Ségolène ROYAL le propose d'où l'acharnement contre elle de la classe politique et ce n'est pas la composition des listes électorales régionales dans lesquelles les partis ont casé ceux dont ils ne pouvaient rien faire et qui jusqu'ici ne s'étaient pas manifestés par leur compétence qui changera quelque chose.

Alayn

Bonjour ! Nous empêcherons que notre compagnon libertaire Albert Camus soit panthéonisé par Sarkopen !
Cette énième tentative de récup' est ignoble !

Salutations Anarchistes !

Carte

Je n'ai pas d'a priori contre S Royal,mais si elle est fréquemment l'objet de critiques émanant de la droite,ce qui est logique,mais aussi de la gauche,ce n'est pas le plus souvent du aux idées qu'elle défend mais plutôt à son comportement pour le moins déroutant:je ne suis pas invitée mais je viens;je suis invitée mais je ne viens pas.Je suis un homme de gauche,militant PS durant de nombreuses années,mais j'avoue avoir beaucoup de mal à comprendre cette ligne directrice qui consiste avant tout à faire parler de soi

Robert

Bien que n'étant pas socialiste je défend son attitude courageuse,ses propositions constructives que ses "amis" socialistes passent sous silence ,d'où son désir de prendre pour l'instant ses distances avec ceux qui l'on trahie et ceux qui lui ont volé honteusement sa victoire lors de l'élection à la tête du PS.
Je ne me fais aucun souçi, le moment venu elle sera incoutournable pour gagner l'éelection présidentielle.

René-Pierre

@Robert : Militant socialiste de puis de nombreuses années, j'avoue que je ne peux plus suivre Ségolène ROYAL : je ne comprends pas ses prises de positions, tant sur le MODEM, que sur ses nombreuses (et contradictoires) interventions. Personne ne gagnera si la gauche n'est pas déjà réunie, si le PS n'est pas uni. Les "Royalistes" sont entrés dans la Direction du PS, ses idées (primaires, rénovation) sont en passe d'être réalisées. Ne remuons pas les remugles du passé, faisons en sorte que cela ne se reproduise pas, car tout le monde a triché.....Ne créons pas de confusion : d'abord réunir les Forces de Gauche ! Et ne focalisons pas sur les Présidentielles : la reconstruction d'une Gauche unie et porteuse de projets, c'est un combat pour 10 ans au moins !

Cécile Fortineau

tout à fait d'accord pour l'unité du PS et de la gauche, mais il faudrait vraiment la faire cette union et ne pas en rester aux belles paroles. Si on reprend le cas J Dray, tout à coup des propos agréables "il a toute sa place", maintenant que ses ennuis s'éloignent, marre de ces coups bas, de ces hypocrisies, et la présomption d'innocence? Pour Ségolène, ce n'est pas la présomption d'innocence, elle a du mal à se résigner à une traversée du désert, mais c'est pourtant bien habituel dans ce milieu. Elle s'est probablement trop habituée à la lumière. Son EGO n'est pas spécialement plus surdimensionné que celui des autres, c'est juste qu'on en a moins l'habitude venant d'une femme? Je pense que cette trubli-lionne du PS a toute sa place (23 des 26 propositions pour les régionales sont en oeuvre en Poitou Charentes) et comme on fait rarement aussi bien que l'original, je ne m'inquiète pas pour ses désirs d'avenir.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.