« Le flambeau des retraites | Accueil | Sarkozy, guerrier de la lutte des classes »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

arti socialiste

J'écoutais hier François FILLON se livrer à un exercice d'équilibriste pour défendre la réforme des retraites. Il n'était pas à son aise et l'on sentait des hésitations et des approximations dans ses déclarations.
Il a reconnu que cette réforme avait obligatoirement un caractére provisoire.
Il a été trés confus sur de nombreux points:pénibilité qu'il assimile à invalidité,question des chômeurs agés dont par un mécanisme peu compréhensible on compenserait sous forme de chômage équivalent retraite, l'absence de revenus jusqu'à la retraite,ce qui a fait dire aux syndicalistes qu'une bonne partie du coût de la réforme serait transféré sur l'assurance chômage.
Le flou des mesures concernant les femmes avec des compensations improbables.

Ségolène ROYAL intervenant au nom du Parti Socialiste a été trés nette: le financement ne peut être supporté uniquement par les salariés mais le capital doit contribuer.
Si la gauche revient au pouvoir l'âge de la retraite sera ramené à 60 ans et celle sans abattement à 65 ans.
Différents intervenants ont apporté la démonstration qu'avec cette réforme le systéme français sera le plus dur pour les retraités en Europe contrairement aux mensonges proférés par le gouvernement et sa majorité.

Robert

Le gouvernement a tort de ne pas prendre au sérieux les avertissements et les condamnations de la Communauté Européenne et de l'ONU concernant sa politique brutale d'expulsion des roms, car outre le fait que la France, patrie des droits de l'homme, bafoue ouvertement des traités internationaux qu'elle a signé, elle va avoir des conséquences judiciaires,les Tribunaux administratifs qui ne peuvent faire abstraction du droit européen vont annuler les expulsions comme ils ont commençé à le faire.

Jerome Mathias Bel

Les lézardes sarkozyennes sont en effet de plus en plus flagrantes sur le portique de la maison UMP.

Mais il n'est pas illégitime de se soucier de ce qui, dans cette chronique d'un ravalement de façade annonçé, est en train de se mettre en place, aussi sournoisement qu'Hortefeux, en parfait démagogue du droit populiste et non plus populaire, tacle la Garde des Sceaux:

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/09/17/quand-le-ministre-de-l-interieur-empiete-sur-les-prerogatives-du-ministre-de-la-justice_1412299_3224.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.