« 212 Maires et Adjoints au ministère, 57.000 cartes, 1 seul objectif... | Accueil | HLM ? Haut Les Mains ! »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert

Une des mesures essentielles que la Gauche devra prendre lorsqu'elle reviendra au pouvoir c'est de mettre fin à cette tentative du président SARKOZY de vider de leur substance les départements car que représenteraient les "conseillers territoriaux" à la fois Conseillers régionaux et Conseillers généraux. En fait le pouvoir sentant que les collectivités locales lui échappent dans leur grande majorité veut les réduire au rôle de simples organes de transmission.
Le Préfet de la Creuse fidéle interpréte de SARKOZY a pour mission de contribuer à mettre fin à la décentralisation incompatible avec un Etat autoritaire sans contre pouvoirs qui est en train de s'installer en France et chcun sait qu'un tel pouvoir se trouve un jour confronté au peuple qui n'a plus que la rue pour s'exprimer.
La réforme de la Constitution a bien prévu un référendum d'origine populaire mais le président s'est bien garder de signer les décrets d'application car il sait que la Nation le désavouerait.

Cécile Fortineau

et puis "l'eau" qui ruisselle ne pénètre pas dans le sol ou si peu mais court bien vite plus bas dans la vallée..., d'où l'intérêt de l'irrigation, pour dompter l'eau, la gérer et profiter ici et maintenant de son bienfait. L'image est bonne.

Comme toi, je pense effectivement que le paysage des comcom doit évoluer. Il y a des seuils en dessous desquels l'action publique est handicapée par des moyens financiers et humains trop faibles. Une ComCom pour 5000 voire mieux 10 000 habitants est souhaitable, il faut y arriver. je pense également que pour alléger le millefeuille administratif, il serait bien de caler les "cantons" (base élective des conseillers généraux) sur ces futures comcom pour plus de lisibilité... après tout les comcom sont souvent les bassins de vie et donc plus pertinents que les cantons historiques parfois. On réduirait le nombre de conseillers généraux sans supprimer le Conseil Général, ça me parait plus intéressant que de fusionner conseil général et région.
Parfois je me dis aussi que le conseiller général pourrait être le président de la comcom, comme ça au moins il serait élu au suffrage universel, ce qui donnerait une autre dimension à la comcom... mais je ne sais pas si c'est l'idéal, car comme tu le dis les conseillers généraux doivent/devraient défendre AVANT TOUT l'intérêt de la Creuse et pas du petit territoire qu'ils représentent... Un président de Comcom défend forcément son territoire! Sinon, une autre piste serait un scrutin de liste comme aux régionales et là on essaierait de s'affranchir de ces petites querelles de clocher et tendances si naturelles à tirer la couverture à son petit territoire et puis l'avantage c'est qu'on fixerait le nombre de conseillers généraux (20 est sans doute un minimum en dessous duquel on ne peut pas descendre pour fonctionner). Bref, je pense que la réforme devrait porter sur l'articulation intercommunalité/conseil général et pas sur conseil général/région (à part quelques redistributions de compétences, soit).

Quant à l'agglo de Guéret, je pense que c'est une très bonne chose. Et si tu avais la possibilité juridique de créer une agglo d'Aubusson, tu le ferais sans doute (CQFD). Il serait dommage de passer à côté de nouveaux leviers et de la possibilité d'inscrire au moins 1 collectivité creusoise dans le club des agglo limousines... Maintenant cela ne doit pas occulter la nécessaire réflexion départementale et la définition d'un programme, d'un projet départemental harmonieux! Je pense que c'était le sens d'une de tes précédentes notes. Tu as envie de peser dans ce débat-là, ta candidature le prouve. Qui aura la chance d'être ta remplaçante? car contrairement à ce que pensent certains, la remplaçante ne fait pas forcément perdre de voix, elle peut même en faire gagner, selon son implication dans la vie locale, sa situation professionnelle et/ou sa commune d'origine pour mailler le territoire...

michel moine

N'y a-t-il pas contradiction à vouloir éviter une identification du conseiller général à un territoire précis, et suggérer que les présidents de comcom siègent au CG ?
Pour ma part, je suis un farouche partisan du scrutin uninominal, qui manifeste du lien direct et personnel d'un élu et des électeurs. Le scrutin de liste ne tisse pas les mêmes liens, et ne garantit en rien la qualité des candidats, désignés par les partis, nous ne le savons que trop. Il peut être un confortable refuge pour des recalés du scrutin uninominal.

Je suis effectivement favorable à une logique de taille critique pour les comcom. Néanmoins se trouve posée la question de l'étendue des territoires et de la gouvernance. La ComCom doit être très proche du terrain, et ne pas incarner une réalité artificielle.

Cécile Fortineau

la comcom sera d'autant plus jugée "proche", des gens et concrète qu'elle sera en capacité de faire des projets structurants et efficaces, donc... visibles. Avec peu de moyens peu de projets, donc peu de concret. Quel est l'intérêt alors de la proximité? de toutes façons pour la proximité, il reste la mairie qui est le relai de toutes les autres structures, non? Tu ne pourras jamais faire plus proche.

michel moine

Dans le tissu rural, la mairie c'est souvent la proximité sans moyen. On a fait des comcom pour avoir de la proximité avec moyens. Attention à ne la voir que sous l'angle des moyens, il faut lui conserver la proximité. Certes, il y a des seuils plancher, mais aussi des plafonds liés aux bassins de vie, qui doivent rester cohérents. On voit bien que les Pays, plus grands, et certes simplement espaces de projets, n'apportent guère de progrès en terme de coopération territoriale.

Cécile Fortineau

si je comprends bien, il faut supprimer les communes??? ou du moins poser cette question, puisqu'avec 36 000, la France détient un record...

Robert

Il y a trés longtemps que je considére que les communes, héritées de nos anciennes paroisses, sont obsolétes et qu'il faut les fusionner dans une nouvelle structure qui ne devrait pas s'appeler la communauté de communes terme trop technocratique mais le canton qui se substituerait aux anciens cantons circoncriptions uniquement électorales.
Chaque canton dont la géographie serait redéterminée et en nombre plus restreints pourraient s'associer entre eux dans le but de réaliser des activités économiques, culturelles ou sportives.
Les anciennes communes supprimées conserveraient une représentation au sein du nouveau conseil cantonal
Enfin les départements seraient maintenus et les régions ausssi au moyen d'aléliorations apportées à leur fonctionnement.
Pour l'élection des conseillers cantonnaux le scrutin de liste est la meilleure solution et l'élection du maire doit rester le privilége du Conseil mais la prime électorale de moitié à la majorité devrait être réduite aux environs d'un quart.
De toute façon une si importante réforme, la plus conséquente depuis 200 ans, devra être soigneusement préparée et approuvée par référendum.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.