« Faciliter le développement de la vie associative à Aubusson | Accueil | Mora-no future »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert

En continuant ainsi Nicolas SARKOZY va se préparer un concurrent tout trouvé à droite en la personne de son Premier Ministre.
Il est tombé dans le piége qu'il a tendu lui même,soit il change de Premier Ministre et Fillon se sentira pousser des ailes pour être candidat à la présidentielle,soit il le garde et dans ce cas Fillon fera tout pour se différencier de lui avec toutes les conséquences que cela aura dans une cacophonie gouvernementale pendant plus d'un an.

Mathieu Charvillat

Juste un petit commentaire pour préciser que les vrais centristes n'ont pas rejoints l'UMP... Ils ont affirmés leur indépendance en ne rejoignant pas ses rangs.
Les vrais centristes sont dans l'opposition.

michel moine

Je parlais alors des "faux" centristes, rassemblés autour d'Hervé Morin. Ce qui n'ôte rien à la remarque sur la difficulté d'être au centre, quand on est à ce point un satellite, voire un électron libre. Mais il est vrai que la géométrie a ses raisons que la politique ignore.

Mathieu Charvillat

Effectivement, il s'agit des "faux" centristes,inféodés à la majorité présidentielle, qui ont vendu leur âme pour un portefeuille ministériel ou un fauteuil de parlementaire au mépris de leurs valeurs.
Les atermoiements de cette même majorité vis à vis du Centre, prouvent l'enjeu que représente ce positionnement pour les échéances électorales futures.
Le potentiel électoral du centre se situe entre 12 et 15 %, ce qui n'est pas rien et en prouve le poids..
Les "centristes" que vous décrivez ne sont que les lâches opportunistes qui ont renié leur engagement d'indépendance, au même titre que ceux, qui pour une question de pouvoir et de prestige, ont intégré cette odieuse notion d'ouverture (qui n'a d'ouverture que le nom...)
S'il est vrai que le Centre d'aujourd'hui, en tant qu'électron libre, ne pèse guère en terme de volume parlementaire, il doit surtout au mode de srcutin qui fait la part belle au bipolarisme de la vie politique française, plus qu'à son volume électoral qui pourtant existe, mais ne peut s'exprimer.

michel moine

Mathieu,

Alors que vous stigmatisez vos "faux-frères", avec des arguments tout à fait recevables, François Bayrou vient d'appeler à l'union sacrée des centristes...

N'y aurait-il pas là, de sa part, un certain opportunisme, que je vous laisserais le soin de définir ?

Pouvez-vous honnêtement envisager de travailler avec des personnes "qui ont vendu leur âme pour un portefeuille ministériel ou un fauteuil de parlementaire au mépris de leurs valeurs" ?

Mathieu Charvillat

Ah, ce serpent de mer de l'Union des Centristes.. Je pourrais hypocritement parler du mythe de la brebis égarée qui retrouverait le troupeau... Mais nous n'en sommes pas là.

Je vois plutôt dans cette mise à l'écart bien orchestrée, de Morin et Borloo une stratégie "sarkozienne" dans l'optique des présidentielles de 2012, afin de reconstituer une réserve de voies centristes pour un potentiel second tour.

Bayrou, Morin et Borloo qui draguent un même électorat ne me paraissent pas compatibles.

Reconnaissez toutefois à Mr Bayrou son indépendance.

A propos, Bernard Kouchner envisage-t-il de porter à nouveau les couleurs socialistes...

michel moine

Je vous trouve bien peu disert sur les questions posées, sans réponse.

Je doute que Kouchner, qui n'en était plus membre depuis de nombreuses années, revienne au PS.

Et Monsieur Mercier, qui bénéficie d'une remarquable promotion ministérielle, n'a-t-il pas été un membre éminent du Modem ?

Mathieu Charvillat

Pour répondre aux questions, je doute que Mrs Borloo, Morin et Mercier rejoignent le MoDem. Je doute d'un rassemblement centriste de ces personnalités autour de François Bayrou et des valeurs du Mouvement Démocrate. Ce serait pour eux un trop grand risque politique.

A mon sens, parler d'Union Centriste, pour François Bayrou, c'est davantage faire un appel à l'électorat, car comment les personnalités citées pus haut peuvent elles légitimement parler d'indépendance alors qu'elles ont collaboré outrageusement à l'action politique du Gouvernement.

Quant à Mr Mercier, il fut comme Eric Besson...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.