« 4e rencontre territoriale de la ComCom Aubusson-Felletin: "l'accueil" | Accueil | Présentation de l'APS de la piscine intercommunale »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mathieu Charvillat

Monsieur le maire,

Comme vous, je partage la nécessité d'une harmonie quant à l'aménagement du territoire, et quant aux besoins structurants dont notre sud creusois a grand besoin.

Comme vous, je note à quel point l'absence d'une voie d'accès de dimension nationale, est pénalisante pour notre territoire.
J'ose espérer dès lors que les élus de notre circonscription prennent désormais la mesure de la catastrophe qu'a représenté le déclassement de l'ex Nationale 141...

Néanmoins, Monsieur le maire, auriez-vous la naïveté de croire que tout n'est pas politique dans notre département, que les rivalités et intérêts partisans prennent le pas sur l'intérêt général et le bon sens qui prévaut (à priori) à nos politiques ?

Toutefois, j'ose espérer que dans le cadre du bouclier rural, et avec un Michel Vergnier, ministre de l'aménagement du territoire, il sera possible de répondre aux injustices et inégalités territoriales qui frappent notre département.

Mais la politique a ses raisons que la Raison ignore.

michel moine

Je ne suis pas sûr que le déclassement de la 141 ait été une catastrophe. C'est surtout son abandon et le renoncement à tout projet d'aménagement alors qu'elle était route nationale, et ce pendant des années, qui l'a été.

Depuis qu'elle a été départementalisée, avec une misérable compensation de la part de l'Etat de 600.000 € par an, le Conseil Général l'a inscrite dans le Programme Routier d'Intérêt Régional (PRIR), auquel la région Limousin apporte un concours financier décisif.

Ainsi c'est plus de 4 millions d'euros qui sont engagés sur les travaux en cours dans le secteur de Mautes et Mérinchal.

Plus de 2 millions l'ont été sur l'axe Nord Sud, sur la commune de Croze, il y a quelques mois.

2011 sera l'année de l'aménagement du carrefour de la Seiglière et de la requalification de l'axe jusqu'à La Clide (5 millions d'euros).

Le Conseil Général est donc très actif sur ce dossier, pour rattraper le retard pris à l'époque.

Pour le reste, nous verrons, sans la moindre naïveté de ma part.

a

La RN 141 a été dénationalisée,puis renationalisée et enfin dénationalisée,tout cela s'est fait sans que l'on mette les moyens nécéssaires d'où l'état actuel alors que cette route assure la liaison la plus rapide entre deux capitales régionales.
L'aménagement complet de la route Ussel Gouzon est également d'une premiére nécéssité.
Je suis heureux d'apprendre que le Conseil Général s'attaque maintenant à ce problême avec sérieux.
Quant à la construction d'un centre de détention compte tenu de la politique pénale actuelle je n'y suis pas favorable.

Mathieu Charvillat

Vos remarques sont justes, mais le déclassement n'est il pas né justement de l'abandon, et de l'absence de dynamique sur cette voie d'accès.
Il est juste de noter l'abandon de l'Etat pour cette route.

Toutefois, pour les travaux sur le secteur Mautes-Mérinchal, il me semble que pour la première tranche, l'opération avait été inscrite au plan Etat-Région, et, à ce titre financée à 100 % par l'Etat, à hauteur de 2.1 millions d'Euros.
La seconde tranche, pour un montant équivalent, me semble financée à hauteur de 50 % par le département soit 1.050 millions d'Euros.

Dès lors, je ne pense pas que les 4 millions d'Euros dont vous parlez ont été apportés par le Conseil Général de la Creuse.

Mais les efforts de ce dernier sont parfaitement louables sur cet axe.

michel moine

Le budget du Conseil Général pour les routes c'est 15 millions d'euros par an. la Creuse est le département français dont le linéaire de routes départementales par habitant est le plus important de France: 35 m par habitant, alors que dans la plupart des autres départements, la moyenne est de quelques mêtres.

Conjugué avec la faiblesse du potentiel fiscal, chacun comprendra que cette caractéristique creusoise porte en elle une difficulté, voire une faiblesse, intrinsèque.

Dans le cadre du CPER, l'Etat est intervenu à hauteur de 100 % de la 1ere tranche, et 20 % de la 2e. Je n'ai dit nulle part que le CG finançait 100 % des travaux, mais c'est bien lui qui diligente les travaux, après avoir réalisé les acquisitions fonçières. Les conseillers généraux sont attentifs à ce que le rythme ne faiblisse pas, à ce que les crédits soient consommés. J'en profite pour souligner la grande qualité du travail des agents du CG 23, et leur implication totale dans la mission et les objectifs fixés par la majorité départementale.

Il y a un certain temps que le CG s'est mobilisé sur ces axes majeurs pour le sud de la Creuse. Il suffit d'y circuler pour s'en apercevoir: sud de Felletin, Nord d'Aubusson, travaux d'élargissement sur le secteur de Chénérailles...

Carte

L'axe est Creuse ne s'arrête pas à Gouzon,mais va jusqu'à la limite de l'Indre en passant par Boussac, un pôle industriel important et dont le projet de contournement est en cours Il me semble que la partie Gouzon-Boussac est d'interêt régional depuis peu;le conseil général trouvera ainsi un partenaire financier pour y réaliser les travaux nécessaires.Beaucoup d'automobilistes venant du sud de la Creuse et se dirigeant vers Chateauroux passent par Boussac et n'empruntent pas la D 940 qui traverse Genouillac.Venant de Chateauroux ,ils empruntent naturellement le même itineraire pour se rendre à Aubusson,itinéraire essentiel pour tout l'est creusois

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.