« Le social, pas une priorité pour l'opposition municipale aubussonnaise ! | Accueil | Arnaud Montebourg sur dimanche soir politique »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Cécile Fortineau

ça va se passer comment les primaires pour la candidature unique à la future prison creusoise? je suis d'accord avec ceux qui disent qu'il vaudrait présenter un seul projet et le défendre tous... qu'en penses-tu toi?

michel moine

compliqué de decrêter ça quand au moins une candidature est déjà déposée...

Cécile Fortineau

il n'y a pas de risque de perdre la prison tout court??? l'union fait la force, non? est-on sûr que le projet de prison sera bien en Creuse, qu'il ne partira pas à Limoges?

Je te souhaite de récupérer ce projet pour qu'Aubusson voit conforté son rôle de "locomotive" du Sud Creuse... mais à défaut, il faut gagner ce projet en Creuse, La Courtine, c'est une bonne idée aussi, à mon avis.

Hier à l'Assemblée Générale de Désirs d'Avenir à Paris, j'ai demandé à Ségolène si elle (on) comptait investir le dossier du bouclier rural. Le bouclier rural c'est entre autres avoir le droit de vivre dans les "déserts ruraux" si on le souhaite et de pouvoir y vivre décemment avec un boulot pas trop loin... Biensûr que notre mouvement investera cette question. Pour moi Ségolène est la melieure candidate de la ruralité - Arnaud Montebourg- est pas mal placé aussi (du chabichou au sauvetage de la filière lait, en passant par le développement des filières courtes, l'agriculture, mais aussi les services publics,... quand on a grandi dans les Vosges et qu'on préside une région rurale, où on a été aussi députée, on a le bageg et la sensibilité nécesaire pour s'occuper des 20% de français qui habitent 80% du territoire national....

Robert

Certes une prison est créatrice d'emplois mais a-t-on pensé aux familles des détenus et aux difficultés qu'elles auront pour les visiter sachant que la plupart sont originaires des grandes agglomérations.Les familles n'ont pas à subir les conséquences de la faute de leur pére ou de leur fils.
Au lieu de mener une politique plus juste plus humaine la France répond à la délinquance uniquement par une répression accrue peu efficace.

Carte

Une prison avec des emplois à la clé,ce serait une bonne chose pour notre département qui a l'avantage d'être au centre de la France.Il faut savoir que le choix du lieu d'implantation n'a pas que des motivations politiques,mais obeit à des considérations autres et le désenclavement joue un rôle essentiel (penser aux familles des détenus).Et ,malheureusement,nous ne sommes pas les mieux placés dans ce domaine.Je ne voudrais pas être pessimiste,mais j'ai des doutes quant à la concrétisation du projet

Mathieu Charvillat

Robert, je suis d'accord avec vous sur le principe humaniste qui ressort de votre argumentaire, auquel je suis sensible.

Mais ce sont les conditions de détention qui sont à revoir. la détention (ou répression) est la réponse à la délinquance, qui trouve sa source dans la crise sociale profonde qui touche notre pays.

Le pragmatisme doit être de mise, et il est légitime que la com-com prétende à ce projet. Le sud creusois, et le secteur d'Aubusson en particulier, a besoin de ces 250 emplois pour redynamiser son bassin, en paticulier en terme de consommation et d'économie.

La concorde et le bon sens devraient l'emporter sur cette thématique, à moins que le consensus ne soit pas de mise sur notre territoire.

L'avenir le dira...

Alayn

Bonjour ! Juste pour l'argument que ça créerait des emplois, on est prêt à construire une prison... Pourquoi pas une centrale nucléaire aussi ou une usine d'armement ?

C'est ça le socialisme ? Construire des prisons ?

Qui sera remplie avec la politique ultra-sécuritaire de Tsar-ko-Pen ! Ou les délinquants(tes) du FMI ou les voleurs(ses) de chabichou ?

Je pensais naïvement que le socialisme, c'était justement d'abolir les prisons, de gérer les déviances autrement que par l'enfermement, etc... J'ai du rêver...

Salutations Anarchistes !

Eric

Alayn,
Quand j'ai commencé à enseigner au centre pénitentiaire de Maubeuge,je me suis souvent demandé pourquoi on avait créé des prisons en France, en Europe et ailleurs. La réponse est finalement assez simple et m'a d'ailleurs été largement commentée par un magistrat féru d'Histoire et de géopolitique: c'est une alternative au châtiment corporel que l'on imposait autrefois aux auteurs de crimes ou de délits. Alors c'est vrai, ce n'est pas la panacée mais on peut sortir des clous républicains, soit en pratiquant l'impunité absolue ou même en revenant aux vieilles méthodes qui sont d'ailleurs toujours pratiquées çà et là à travers le monde...
Cela dit, en tant qu'homme de gauche, je suis favorable au développement absolument nécessaire des politiques de soin, de prévention, aux peines de substitution et au port plus généralisé du bracelet électronique quand celles-ci le permettent réellement.

claude teyton

Quelle évolution depuis 2008, ou lors d'un débat radio vous sembliez outré et atterré que Mme Legros propose par écrit dans son programme, un tel projet !!

C'est vrai que les 250 emplois seraient les biens venus sur le secteur, dommage que l'unanimité annoncée ne soit pas réellement traduite dans le vote !
dommage aussi de reprendre les projets des autre à son compte sans un mot sur ceux qui en sont vraiment à l'origine !

michel moine

Claude,

Je n'ai pas encore entendu d'expression publique des élus ump d'Aubusson sur ce projet... Je n'ose imaginer qu'ils n'en soutiennent pas le bien-fondé, et qu'ils sauront se comporter en élus libres.

Désolé de devoir vous rappeler quelques notions démocratiques de base, mais une abstention n'étant pas un vote exprimé, il n'est donc pas comptabilisé comme une opposition. La ComCom a bien voté à l'unanimité sa candidature à l'accueil d'un tel équipement.

Enfin, je note avec satisfaction que vous accueillez favorablement la perspective de la création de 250 emplois publics. Je sais désormais pouvoir compter sur votre soutien actif pour empêcher qu'il n'en disparaisse sur notre territoire.

claude teyton

Je n'ai pas les pouvoirs qui sont les votres, et je suis même étonné que vous soyez autant attaché à ce projet, deux ans aprés avoir été ouvertement contre !

Pour ma part j'étais déjà pour en 2008,

Je suis ravi que votre avis sur le sujet soit devenu l'inverse de votre perception initiale, mais on dit il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis !

Comment ne acceuillir favorablement la création de 250 emplois, depuis votre arrivée il y a dix ans, vous ne vous êtes jamais interressé au développement économique du secteur, mieux vaut tard que jamais !

michel moine

Je dois rendre hommage à vos dons divinatoires: être pour un projet deux ans avant qu'il n'en soit question, cela mérite le respect...

J'espère que vous n'évoquez pas vos collègues, dans votre allusion aux imbéciles: ne pas les avoir encore entendus publiquement sur le sujet pourrait laisser à penser qu'ils aient pu changer d'avis...

Si je comprends bien, votre soutien total sur cette question m'est résolument acquis, ce à quoi je suis sensible.

Pierrette Legros

Michel,
Nous avons tout notre temps pour nous exprimer publiquement sur notre projet de centre de détention que vous avez repris à votre compte; Celui de la piscine est bien en gestation depuis bientôt 10 ans, celui de la Cité de la Tapisserie presqu'autant, alors celui du centre de détention que vous venez tout juste de capter à la veille des élections cantonales, (parce que vous n'en avez pas d'autre à vous mettre sous la dent), n'est pas prêt entre vos mains de trouver une début de solution favorable.

michel moine

Quel honneur de vous recevoir ici, Pierrette... Il est rare que la leader de l'opposition municipale y fasse une apparition !

Ne tardez cependant pas trop à vous manifester publiquement, ne courez pas le risque du syndrome de Reischoffen...

Cécile Fortineau

Pour info (il se trouve que j'ai parlé récemment de ces questions avec un ami travaillant dans le secteur concerné) : sur 5 détenus, 1 seulement est effectivement en prison... les 4 autres sont suivis sans enfermement... Il y a 61 000 personnes en prison en France, 66 000 si on rajoute les 5 000 porteurs de bracelets électroniques... Au début du septennat sarkozyste, ils étaient 84 000. Alors pourquoi construire des prisons si le nombre de détenus baisse et que les jugements n'envoient que 20% des condamnés en prison? parce que notamment il y a la réglementation européenne qui demande l'encellulement individuel, plutôt une bonne chose pour la dignité humaine et éviter par exemple aussi que des prévenus (présumés innocents) se retrouvent avec des peines longues dans la même cellule, même si en théorie c'est impossible...

Ce qui est regrettable c'est que la baisse du nombre d'incarcérés n'obéisse aujourd'hui qu'à une logique comptable, dans un contexte de réglementation accrue (objectif : 1 seul détenu par cellule et basse des budgets). Il eut été intéressant de se poser le sens de la peine aujourd'hui : pour quelles personnes? quels types d'infractions? comment? avant de voir comment on finance. C’est une constance du sarkozysme de ne raisonner que comptablement et en l’occurrence court terme sur les emplois publics (cf éducation nationale). Aujourd’hui on passe peu à peu d’une logique « sécuritaire » (les peines de moins d’un an peuvent être aménagées voire ne plus comporter de passage par la case prison) à une logique plus « libertaire » (pour des raisons comptables et pas humanistes !) : cette question se pose désormais sur les peines jusque 2 ans et il convient désormais de démontrer quel motif sérieux empêche d’envisager un aménagement de peine sans prison…

Mais de toutes façons les prisons sont nécessaires (on n’est effectivement plus au Moyen Age pour infliger des châtiments corporels) et il convient pour assurer la cohésion de la société de mettre à l’abri les individus dangereux. J’idéalise peut-être un peu mais je pense que là-dedans le socialisme apporte son humanisme et son aspiration à l’égalité des chances en disant qu’il faut se donner les moyens d’aider les condamnés à se soigner, à se préparer à leur sortie, car la plupart des détenus sont sans doute « récupérables », « ré insérables »… Force est de constater que le chantier est lourd car beaucoup de détenus (ou de personnes suivies en extérieur) n’ont pas les suivis psychologiques, traitements, accompagnements prévus…

En tous cas, même si le nombre de détenus baisse, on a donc bien besoin de nouvelles prisons, notamment pour respecter les obligations en terme de conditions d'accueil (1 détenu par cellule). Par contre, les détenus étant finalement de plus en plus des gens purgeant des peines longues, les installer à Aubusson ne facilite pas la vie de leurs familles qui les visitent. Malgré tout, je rejoins l’argumentaire de Michel Moine, dans le sens où les emplois publics on peut décider de les mettre en zone rurale. Pour les emplois privés (entreprises équivalentes de 250 emplois), c’est plus dur de les convaincre de s’installer à Aubusson à 1h30 d’une gare SNCF, loin d’axes 4 voies, etc, malgré tous les efforts d’aménagement et d’attractivité que fait le sud Creuse… C’est une question d’aménagement du territoire, à l’heure où l’on constate que la population du Limousin augmente, en toute logique vu les aspirations des citoyens de vivre loin de la délinquance et du stress des grandes villes. Oui, la réflexion du bouclier rural est importante, les territoires ruraux peuvent vivre, si on se donne la peine de prendre certaines décisions politiques. Et pour finir avec un clin d’œil ségoléniste, je dirais qu’il s’agit là de la recherche d’un Ordre Juste.

michel moine

Il existe une gare SNCF à Aubusson, avec des liaisons ferrées ou routières jusqu'à Guéret, Limoges ou La Souterraine que d'aucuns jugent convenables pour la population. Rien n'empêche cependant de les améliorer. Le centre pénitentiaire peut en fournir l'occasion.

Nous sommes à moins d'une demi-heure d'une 2x2 voies.

Si le niveau de services, publics ou privés, demandé pour un détenu est supérieur à celui aujourd'hui consenti à un aubussonnais, et qu'il peut servir à tous, nous sommes alors dans une logique vertueuse, non ?

Cécile Fortineau

Bien répondu! dès 6h26 l'esprit est vif!
Certes et je ne doute pas qu'avec le tissu associatif aubussonnais de jolis projets émergeraient pour aider les femmes et enfants venus à Aubusson en week-end voir leurs vilains hommes (hébergement, dialogue, activités).
Bon soit il y aura aussi des hommes venant voir leur vilaine femme en prison.

Alayn

Bonsoir ! Voui... merci pour votre réponse Cécile Fortineau, très bien enrubannée dans la rhétorique très social-démocrate "empiriste".

Vous nous dites qu'il est nécessaire de construire de nouvelles prisons afin que chaque détenu est sa cellule individuelle.
C'est ça le progrès socialiste ?

En restant bien dans votre schéma socialo-réformiste, programmes quasi-identiques à celui de la Droite in fine, valets du système capitaliste ? Avec une pincée de social... 1 cellule par détenu...

Salutations Anarchistes !

Nicolas

Je sais qu'il y a beaucoup de socialiste dans le département, mais de là à construire une prison, c'est excessif.

Jérôme Mathias Bel

Ainsi la question d'une économie carcérale reste un des enjeux majeurs pour toute pensée du politique. En la matière, l'expertise ne manque pas de volontés à condition qu'avant de reconduire trop immédiatement une multitudes d'idées reçues, un terroir responsable d'une telle implication sache inscrire son choix dans une vision claire du topique qui y correspond.

Les interventions précédentes disent chacune à leur manière mais significativement ce souci, qu'un cours du Collège de France par un certain éducateur spécialiste de la surveillance & de la punition,(Michel Foucault - "Il faut défendre la société") permet encore de peser ici; c'est à dire à la fois dans le contexte de son élaboration intellectuelle que tout autant au regard du jeu d'opposition d'un "copyright de l'initative" plus ou moins pertinent en tant qu'il néglige souvent de considérer que l'enfermement politique commence toujours entre des murs tout à fait virtuels.

Jérôme Mathias Bel

Alors n'est-il peut-être pas inutile de souligner en écho cette phrase de Léon Blum:"Toute classe dirigeante qui ne peut maintenir sa cohésion qu’à la condition de ne pas agir, qui ne peut durer qu’à la condition de ne pas changer, qui n’est capable ni de s’adapter au cours des événements ni d’employer la force fraîche des générations montantes, est condamnée à disparaître de l’histoire ».
Cet emploi de la "force fraîche des générations montantes" n'est-il d'ailleurs pas le meilleur moyen d'éviter la tentation du délit & du crime pour la partie la plus précarisée de toute "nouvelle génération"? De ce point de vue là, la question de la "propriété" d'un tel projet d'équipement territorial est très mal venue depuis tout discours qui, à revendiquer illico une "paternité", révèle uniquement l'amnésie du dépeçage territorial porté par son propre enfantement d'un pouvoir gouvernemental ouvertement revendiqué comme ultra-sécuritaire mais toujours infoutu, dans des terroirs comme le nôtre, de garantir déjà la sécurité médicale de citoyens creusois dont le seul crime est de vouloir être soignés sans souffrance supplémentaire.L'ordre chronologique de la mémoire des responsablités de défaites sociales doit prévaloir sur l'appropriation du mérite de résistances plus ou moins effectives; d'une sécurité l'autre, si je puis dire: celle de la santé & celle de ses propriétés. Car celle ou celui qui entérine par avance et par son vote national accordé à la "tolérance zéro"(!), la réification programmée de l'hôpital public est le moins bien placé pour mener le projet de contrôle d'autres maux tout aussi sociaux.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.