« Tomber le panneau ? | Accueil | L'élection cantonale d'Aubusson annulée par le Tribunal Administratif de Limoges »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Cécile Fortineau

c'est vrai qu'on a une impression étrange en lisant cet article de presse, comme si on mélangeait, inversait les causes et les conséquences...
L'age plus élevé de la population créé focément des problèmes de santé plus prononcés... Dans certains cas l'offre de soins a suivi (infirmières) pas dans d'autres. Pour les plus jeunes, c'est sans doute l'absence de volontarisme à assurer une offre de soin accessible et équitable qui aggrave les problèmes.
Comme pour d'autres services publics, ce devrait bien être à l'Etat d'intervenir pour que des professions certes libérales soient mieux représentées dans de tels territoires. professions libérales certes, mais le système fonctionne parce que la sécurité sociale permet aux patients d'accéder financièrement aux soins. A partir de là, la régulation doit être exigée.
Je ne pense pas qu'on vive plus mal en Sud Creuse qu'ailleurs, au contraire même, on a juste le droit d'y trouver plus de services notamment de soins et ça c'est vrai dans de nombreux autres territoires français.
Bon courage pour ce combat essentiel aux habitants comme au développement du territoire.

carte

Il est évident que les médecins,surtout les jeunes répugnent à s'installer en milieu rural;ils tiennent à leur liberté dans ce domaine ce qui peut se comprendre parfaitement.Mais alors,il faut accepter la réprocité en ce qui concerne l'assurance maladie(c'est elle qui paie) laquelle serait libre de conventionner ou pas les professionnels de santé s'installant dans des milieux favorisés

jacqueline salenson

choquée également par cet article!
pourquoi focaliser sur le sud du département?
j'y suis depuis presque 3 mois et aussi bien qu'au nord ou ailleurs!
j'ai eu rapidement rdv chez un médecin proche et chez un ostéopathe, pas d'attente comme parfois dans d'autres départements!
ensuite, j'aimerais que certains médecins cessent de se voir comme distributeurs d'ordonnances et non comme accompagnateurs des citoyens dans leur parcours de santé...
j'aimerais que l'Etat les oblige à aller travailler où on a besoin d'eux, même procédure que pour les pharmaciens: 1 médecin pour x habitants, nombre à définir...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.