« Pour certains, les primaires, un cas d'école... | Accueil | Mon choix pour le deuxième tour des primaires »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

Deux remarques:
-Lorsque j'ai eu l'honneur de recevoir François MITTERRAND en 1982 je l'ai accueilli par un discours de bienvenue ce qui m'a permis de lui exposer les besoins de notre ville tout particuliérement concernant le développement de la tapisserie. Le Président m'a répondu en énonçant des mesures précises qui sont ensuite entrées en application.
A l'époque il y avait eu un véritable dialogue entre le Chef fe l'Etat et le maire de la ville qu'il honorait de sa présence.
-Le Président MITTERRAND s'était abstenu de toute critique ou réflexion politique alors que Nicolas SARKOZY s'est comporté comme d'habitude en Chef de clan méprisant ses adversaires.
Heureusement je l'espére dans quelques mois il quittera l'Elysée et j'espére également qu'il sera le dernier Président monarque,la France abordant la VIéme République.

Jerome Mathias Bel

Si on se souvient que "L'inconscient est structuré comme un langage", alors la définition du mot "endogène", ici curieusement appliqué à l'économie, éclaire définitivement sur la représentation que se fait Nicolas Sarkozy de la Creuse, voire sur ce qu'il perçoit plus généralement en tant que zone rurale; car le Président nous recommande ainsi de nous débrouiller somme toute en interne, de faire avec nos seuls moyens, de composer avec les éléments dont nous disposons... Si cela n'est pas une très officielle déclaration d'abandon économique de la part de l'Etat sarkozyste, alors son chef ne parle pas français... Il ne faut donc pas s'étonner que, au-delà d'une trop mesquine déresponsabilisation de l'UMP face à la crise, Nicolas Sarkozy ose s'attribuer le mérite des élus creusois dans la réactivation d'un service de radiothérapie guéretois: en disant qu'il l'a voulu (sic), il confirme donc qu'il a pris tout son temps pour finir enfin par repérer que, quelque part dans cette soi-disant si lointaine contrée qui est la nôtre, des souffrances humaines n'en pouvaient plus de subir, en plus d'une attente qu'il leur aurait ainsi infligé, soit de très onéreux déplacements pour un accès aux soins, soit de très douloureux traitements dépourvus de technologie médicale avancée. Mais, en Creuse, comme dans toutes les campagnes de France, il semble à Nicolas Sarkozy qu'il faille se résigner à ne se pouvoir se développer économiquement qu'en accueillant de nouveaux détenus et sans se préoccuper du tout de la disparition de services publics où, de toute façon, selon le Président, il n'y a jamais personne tant l'Internet est disponible partout en zone rurale, y compris probablement en libre web surfing depuis le bureau d'un fonctionnaire de l'Etat qu'il représente pourtant (lesquels officiants apprécieront)... Bref, pour le sarkozysme, la Creuse est une prison dont on ne peut s'échapper que sur la Toile. Est-ce à dire que nous appartiendrons ainsi si définitivement à une réalité virtuelle ou devons-nous déjà entendre ici la chronique d'une virtualisation annoncée pour notre département?
L'authenticité creusoise de Mr Auclair et des ses amis a peut-être du souci à se faire pour l'avenir tangible de ses prochaines incarnations...

Jerome Mathias Bel

J'ajoute que, accueilli en Aubusson, le Président Sarkozy n'a pas songé à donner un coup de pouce aux creusois (et aux autres zones rurales) en annonçant l'allocation d'un budget d'Etat supplémentaire permettant, par exemple, à un de ses auto-entrepreneurs d'exercer via le très haut débit une activité de service à distance depuis un de ces charmants vallons de nos campagnes qui semblent donc condamnées à ne plus accueillir désormais que les randonneurs. Le Président Sarkozy n'a pas songé non plus à donner un coup de pouce aux aubussonnais en annonçant l'allocation d'un budget d'Etat supplémentaire permettant de développer, encore plus que ne le fait son ministère de la culture, le patrimoine de la basse lisse marchoise puisque celui-ci ne semble donc pas suffisamment contribuer au rayonnement international de la culture française... Non: pour le chef de l'Etat actuel, les éleveurs creusois vont voir leurs taxes allégées pour que leurs troupeaux puissent paître au pied de la nouvelle carcéralité que le magnanime Nicolas Sarkozy offre en guise de futur à notre terroir; avant d'être eux-aussi obligés peut-être de se débrouiller avec leurs propres moyens, de faire alors un élevage endogène qui, de toute façon, n'aurait désormais nulle chance de contribuer à nourrir les enfants des prochains détenus creusois...

Robert PETIT

Autres remarques concernant la visite du candidat UMP:
Il ne connait manifestement pas son dossier car il a une vision industrielle de l'agriculture qui ne correspond pas à la réalité. il est facile de critiquer les aides à l'agriculture accordées par les gouvernements précédents (surtout de droite) mais aussi par son propre gouvernement s'en se préoccuper du revenu des agriculteurs qui ne peuvent vivre de leur production pas suite des marges scandaleuses de la grande distribution.
Nicolas SARKOZY est contre les services publics dans les zones à faible population et préfére les services "au public" oubliant que ce terme recouvre le recours au secteur privé qui a, avant tout, le souçi de la rentabilité et délaissera les zones rurales. En fait nous n'aurons pas de services du tout.
L'actif de Nicolas SARKOZY est un actif toxique dont la France doit se débarasser sauf à se retrouver rapidement en faillite.

Robert PETIT

Je viens d'apprendre avec grand plaisir que Ségolène ROYAL, qui avec Arnaud MONTEBOURG qui la soutenait, est à l'origine de la rénovation du PS,soutenait François HOLLANDE.
Le candidat de la gauche ne gagnera l'élection présidentielle que s'il propose une politique à la fois réaliste et aussi offensive et innovante

Robert PETIT

Trés bon débat hier soir entre François HOLLANDE et Martine AUBRY,débat qui a permis de constater la grande proximité de vue des deux candidats sur la plupart des sujets abordés;
Les différences tiennent surtout à leur personnalité François HOLLANDE beaucoup plus détendu que Martine AUBRY plus laborieuse dans ses explications.J'ai remarqué cependant quelques différences:
Martine AUBRY veut une gauche ferme par rapport à François HOLLANDE qui a répliqué qu'aprés 5 années d'une droite brutale il ne voulait pas d'une gauche dure et sectaire.
Sur l'Europe François HOLLANDE est plus précis que Martine AUBRY en préconisant des cercles restreints indispensables selon lui pour sortir l'Europe de la crise.
Sans vouloir dénier à Martine AUBRY ses qualités de femme d'Etat je considére après ce débat que François HOLLANDE est le mieux plaçé pour représenter, face à Nicolas SARKOZY, une gauche réaliste,dynamique et ouverte qui saura rassembler tous les français qui veulent remettre en marche notre pays après le triste épisode du Sarkozysme.

Robert PETIT

Arnaud MONTEBOURG,à titre personnel,a déclaré qu'il voterait^pour François HOLLANDE qui dit-il est le "meilleur rassembleur" Il pouura faire ainsi la promotion de ses idées au sein de la gauche et apporter du sang neuf au PS qui en a bien besoin.
Je n'ai rien personnellement contre Martine AUBRY mais quand je vois ses soutiens lors de son meeting: Fabius,Emanuelli et autres éléphants du passé je m'interroge sur le dynamisme !

Alayn

Bonsoir !

Ourf ! J'ai raté ça, étant de retour d'Italie (même si Berlusconi, c'est un peu similaire à Sarkozy...) car j'aurais eu grand plaisir d'accueillir comme en 2003 à Gouzon Sarko avec mon drapeau noir anarchiste.
Et de le faire flotter également sous le nez d'Auclair !

Et je vois que c'est reparti (Droite et PS en choeur) pour construire une prison ! Quelle belle perspective !
Ces Diafoirus politiciens s'entendent comme larrons en foire quand il s'agit de réprimer, d'enfermer !

Combien a coûté cette visite inutile de Sarko ?

Salutations Anarchistes !

Robert PETIT

La Creuse mérite mieux pour son développement q'une prison. Je rejoins Alayn sur ce point

Philippe PETIT

Suite aux commentaires après la venue de Mr SARKOZY en Creuse, je me permets d'ajouter le mien : Le mot Endogène por moi illustre bien à propos ce que les Creusois devraient être. Se prendre par la main, innover, créer,se développer en utilisant notre savoir faire creusois, notre savoir penser creusois. Qui mieux que nous hommes et femmes Creusois connaissons la dureté de cette terre, de cette pensée et réflexion Creusoise. Oui nous devons fonctionner de manière endogène, ce n'est pas et ne sera pas les "étrangers" à notre territoire qui comprendront ce que nous sommes. Il ne faut bien sur pas faire de "démondialisation" à la creusoise . Mais rappelez vous que l'entreprise DITO SAMA devenue "Electrolux" ne s'est implantée en Creuse et plus spécialement à Aubusson que par la volonté d'un Creusois. Arretons d'implorer l'Etat providence, celui-ci peut être un soutien mais en aucun cas l'initiateur du développement économique de notre territoire.

Stéphane Ducourtioux

La visite de Sarkozy en Creuse vu par Yann Barthès dans son "petit journal"
Suivez le lien suivant et choisissez le petit journal du 12/10/11. Avancez la vidéo jusqu'à la 13ème minutes et régalez-vous

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html

Ralph

S.Ducourtioux / "Petit journal" de Yann Barthes : il y a aussi celui de Martine Aubry le 13/10/11 à 4min45... attention le lien sera mort dans quelques jours : http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html

Stéphane Ducourtioux

Ralph, merci j'étais passé à coté...

Ralph

oh la grosse menteuse de Martine Aubry ! : celle-ci a déclaré le 12/10/11 sur BFM TV (elle était l'invité de Jean-Jacques Bourdin de 8h30 à 9h) au sujet de sa venue en Creuse la veille :

"... je suis allée dans une poste, dans une école, dans un hôpital qui va bientôt fermer... " !!!

michel moine

A Philippe Petit : comment imaginer un développement économique "endogène", c'est à dire qui s'appuie sur les seules forces et les seules dynamiques locales, quand on enlève au Conseil Général la possibilité d'intervenir sur le plan économique, en lui retirant, et la possibilité légale, et les ressources fiscales nécessaires ? Est-ce qu'on n'est pas dans le simple effet de tribune ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.