« L'Argentine, ou la volonté politique pour sortir de la crise | Accueil | Référendum en Grèce »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

Michel analyse avec finesse les déclarations du Président de la République en campagne(dans les deux sens du terme ) en Creuse. Je serais quant à moi beaucoup plus brutal: il se f... des Creusois et des Creusoises en les prenant pour des feignants. La comparaison avec les chinois et les indiens est ridicule et insultante.Peut être voudrait-t-il que nos compatriotes touchent des salaires comparables à ceux qui sont pratiqués dans ces pays,où la protection sociale,celle physique des travailleurs,le droit du travail sont inconnus?
Le président du "travailler plus pour gagner plus" est épuisé,ses recettes miracles ont échoué,l'illusioniste de convainc plus personne.
Vivre dans des territoires ruraux est le souhait d'une partie de plus en plus importante des français,mais encore faudrait-t-il qu'ils y trouvent l'essentiel des services indispensables à la vie moderne:des hopitaux,des médecins,des écoles,une poste, des services administratifs.Certes il n'est plus possible de maintenir une perception,une gendarmerie par canton,nous ne sommes plus au XIXéme sciécle mais les habitants de nos camapgnes,nos petites villes s'ils sont privés des services essentiels ne resteront pas. Les personnes âgées pour des raisons de sécurité partiront,les inustries ne s'installeront pas.
Or Nicolas SARKOZY qui continue de voir la France à partir de Neuilly n'a rien compris aux problémes d'aménagement du territoire,il raisonne en chiffres.Son fameux "ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux" a eu comme conséquence de désorganiser les service publics pour une trés faible économie, de l'ordre d'un milliard,alors que la détaxation des heures supplémentaires et le taux réduit de la TVA sur la restauration n'ont rien apporté en termes d'emploi, tout en coûtant des dizaines de milliards.
Je pense que plus SARKOZY parlera, plus il s'enfoncera. Mais il est vrai qu'il n'est responsable de rien: "Ce n'est pas moi ce sont les autres" comme disent les gamins qui ont fait des bétises,bien entendu tout est la faute à CHIRAC,à JOSPIN,à MITTERRAND !

Jerome Mathias Bel

Sur le site de l'Elysée chaque citoyen peut consulter le discours aubussonnais du Président Sarkozy aux territoires ruraux. Chaque citoyen peut ainsi constater les choix d’utilisation de la grammaire et de la conjugaison françaises dans l’avant-dernière phrase du chef de l’Etat qui est plus qu’un lapsus car elle fut auparavant rédigée. Il n'est peut-être pas inutile de la livrer à nouveau puisque, à l’adresse des creusois, voici comment le sarkozysme a conclu officiellement par une définition en leur lieu et place et comme symptôme de sa conception de la dite ruralité: «Vous êtes des gens qui comptaient d'abord sur vous-mêmes. » Faut-il rappeler à quelque énarque les règles d'accord de notre langue au présent (entre "gens/eux-mêmes" et "vous/vous-même") ou faut-il comprendre qu'en « eux-mêmes » les creusois ne sont plus pour le sarkozysme que des gens qui ne comptent plus en somme? A moins que la véritable question soit la suivante: "Mr le Président, vous COMPTIEZ faire véritablement entendre quoi aux territoires ruraux de notre pays?".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.