« Départ de la sous-préfète d'Aubusson: entre regrets et remerciements... | Accueil | Klarsfeld, concentré, toujours concentré... »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

Dans mon petit livre "Des Fleurs et des Epines" je rappelle que la pusilanimité des dirigeant politiques européens dans les année 20 les a conduit, pour tenter de sauver la paix, à céder aux dictats d'Hitler et de Mussolini,on a vu le résultat: la plus terrible guerre de l'histoire de l'humanité.
En cédant ,pour tenter de sauver l'Euro,aux exigences des banques et des puissances financiéres qu'ils se refusent à contrôler, les dirgeants européens, non seulement ne sauveront pas l'Euro, mais conduiront leurs pays à la faillite
Le Premier Ministre grec,complétement déstabilisé ne rend pas service à son pays qui ne pouvait être tiré d'affaire que par une prise de position ferme: consulter le peuple en lui demandant de faire des efforts mais en contrepartie en exigeant une réforme du systéme de prêts qui permettrait d'assurer le financement de l'Etat,sans l'obliger à détruire ses services publics et avec l'assurance de taux raisonnables.
Dan Libé du 3 novembre un article de Thomas Coutrot et Pierre Khalfa explique comment sortir les Etats des marchés financiers. Il existe d'autres solutions que celles de facilité du duo Merkel Sarkozy.Faut-il encore avoir le courage de les mettre en oeuvre.

Jerome Mathias Bel

Nous avons aimé et nous aimerons la Grèce. Si ce "vous" qui appelle à un "nous" s'adresse aux démocrates, aux occidentaux conscients que le syncrétisme de la civilisation hellénique est le berceau de nos Républiques, alors comment faire autrement? A moins de préférer ce "nouvel ordre mondial", à la fois pétri de nationalismes et du souverainisme de la finance, qui s'annonce dans ce renoncement au référendum... D'ailleurs, il est notable que peu de médias de masse aient fait circuler l'information suivante: il y a quelques jours à peine, le gouvernement de Papandréou a intégralement changé l'état-major militaire du pays. A méditer car depuis aujourd'hui, ce n'est pas l'implosion de la zone euro qui menace le plus l'Europe: ce sont les crispations identitaires qui secouent dangereusement chaque peuple européen vers un durcissement nationaliste et discriminatoire auquel la France n'a pas autant de chances d'échapper que certains pourraient idéalement le croire possible dès le printemps prochain.Quant à aimer l'Italie, il serait aujourd'hui périlleux d'oublier, au même titre historique que pour la Grèce, que ses républiques renaissantes transmirent en héritage à l'Europe continentale un modèle antique qu'un dictateur romain pensait avoir abattu au nom de son empire.

Alayn

Bonsoir !

Les choses bougent: exit Berlusconi ! 1 gravos de moins !

En France, Fillon veut faire payer leurs dettes étatiques et magouilleuse avec les banques et la haute finance... en rackettant le populo !!!

Un truc que je constate également, c'est que cette année est très riche en termes de chutes de dictateurs, de démocrature, de chutes également (au moins 11 en Europe) de personnalités politiques de premier plan dans leurs pays respectifs.
C'est de + en + dur d'être politicien-ne ! Arf !

Je pense qu'on s'approche historiquement d'une période où politiquement, les "politiques" démontrent magistralement leurs cynisme, leur sans-vergogne et que ça gronde de + en + partout et que ça passe de + en + mal...
Avec en plus cet effondrement capitalo-financier où l'on a juste l'impression que le système capitaliste fait sous lui tout seul...

Nous vivons des drôles de temps, sous le joug du Système capitaliste quasi-mondialisé, et sous le contrôle de l'Etat. Tout 2 à donf bien entendu à donf dans le capitalisme, main dans la main, au nom de l'acceptation d'1 des servitudes ou esclavages modernes -le salariat en système capitaliste notamment- et de l'économie de marché et du système marchand, ainsi que de l'industrialisme bétonneur et pollueur.

Papandreou d&gage de la scène politicarde grecque. Qu'est-ce qui va se passer en Grèce ?
Idem en Italie...? ! (ourf !)

Pour réaliser une véritable révo, le populo doit s'organiser égalitairement, court-circuiter les politicard-e-s qui s'en mettent plein les fouilles, qui cautionnent des saloperies sans nom politicardes
On n'a pas besoin d'eux/elles pour s'autogérer directement !

Le populo et les peuples sont exploités depuis bien trop longtemps pour que ça n'explose pas un jour !
Le mieux c'est le + vite possible...

Salutations Anarchistes !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.