« SPANC | Accueil | le petit jeu de l'égo »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Cécile Fortineau

tout à fait d'accord Michel, la recherche de Michel Vergnier est louable (métier complémentaire du sien, disponibilité, l'habitude de certaines choses - la politique sans doute-...) mais quand ce matin j'entends Michel Vergnier dire à la radio, il faut que la suppléante ait "la place qu'elle mérite" dans une circonscription unique, j'ai envie de dire qu'on se trompe de combat. Effectivement, le combat (malheureusement c'est le mot approprié) pour la parité, c'est à dire la juste place des femmes en politique, c'est un combat sur les places de titulaires! avec comme objectif à terme 50% de femmes dans les exécutifs (maires, présidents, vice président, etc).

Je préfèrerais savoir qu'on se donnera les moyens (anticipation) de désigner 50% de titulaires femmes (candidates) aux prochaines cantonales (2014) que de s'évertuer à trouver une femme pour ce mandat (ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de femmes qui méritent de faire une carrière politique dans la deuxième circonscription -du coup ça mérite effectivement de prendre ce temps de réflexion- mais est-ce la meilleure façon de commencer? alors qu'en face on a des adversaires aguerris) . Le parti socialiste creusois a encore un grand chemin à faire, quand on sait que la seule femme sénatrice l'est car son titulaire est décédé, que la seule femme conseillère générale socialiste l'est pour les mêmes raisons, vraiement ce n'est pas ça la place que méritent les femmes. Il faut les désigner candidates titulaires.

Pour revenir au sujet, après le tendem Vergnier/Furet (1 homme! maire de La Souterraine) de 2007 sur la 1ère circonscription, je trouverais naturel un tandem Vergnier/Moine (1 homme certes et alors cf plus haut, maire d'Aubusson).

Et c'est une femme qui le dit (féministe sur les bords de surcroit), et qui partage cet avis (personnel) avec d'autres femmes d'ailleurs et aussi des hommes qui voient aussi l'intérêt politique que revêtrait une telle désignation.

Cécile Fortineau

les femmes ne sont pas condamnées à être d'éternelles suppléantes. S'il est délicat d'en trouver aujourd'hui c'est peut-être parce qu'on n'a pas fait ce qu'il faut pour qu'elles soient naturellement candidates... combien de maires, adjoints, présidents ou vice présidents d'EPCI de la 2eme circonscription sont des femmes socialistes ou sympathisantes?

commençons par là, pour ne pas avoir de suppléantes "hors sol" au député... Michel Vergnier a bien dit aussi qu'il trouvait important d'avoir un mandat local pour être un bon député (et donc un bon suppléant(e) si je peux me permettre).

Robert PETIT

J'ai déjà dit ce que je pensais de la désignation du suppléant et je constate que le PS ne joue pas apparament le jeu juqu'au bout puisque c'est le titulaire désigné qui semble choisir son suppléant (e)?

Jerome Mathias Bel

Sous clause de parité, c'est parfois une forme paradoxale de discrimination supplémentaire qui se met en place. A titre d'exemple, éloigné certes des positionnements pour les prochaines législatives, le récent propos d'un écologiste français sur un choix de société en Amérique Latine est illustratif d'une problématique véritablement post-moderne, laquelle doit amener tout démocrate à penser plus profondément encore, en actes, la question de l'altérité:
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/07/la-loi-peruvienne-sur-le-feminicide-est-un-recul-historique_1614033_3232.html

Robert PETIT

L'actualité en cette période de pré campagne électorale est particuliérement fournie,le nième sommet européen qui ne permettra pas de résoudre la crise financiére,le vote par le Sénat de la proposition de Loi sur le vote des étrangers aux élections municipales,tous ces sujets mériteraient d'être largement débattus,alors qu'ils sont déformés par des médias le plus souvent partisans.
Tout particulérement la conception de la Nation et celle de la citoyenneté qui fait clivage entre la droite et la gauche demande des développements,j'aimerais que la discussion puisse être lancée sur ce blog.

vallade  henri

je partage l'avis de Cécile Fortineau, car le combat sur la 2ème circonscription devenue l'unique circon sera rude , et si je suis d'accord pour une véritable parité, je pense que dans le cas présent il faut être réaliste, et penser au résultat positif

Alayn

Bonsoir !

Voui... Ca pourrait être intéressant...

Perso, je vois pas bien le clivage sur la conception (ou le "concept") de nation ou de citoyenneté entre la Droite et la Gauche...?

Salutations Anarchistes !

Robert PETIT

Dans la tradition universaliste de la Révolution Française la citoyenneté n'est pas obligatoirement attachée à la Nation mais doit permettre à tous ceux qui résident d'un maniére continue dans une commune de participer à la gestion communale. Il existe déjà en dehors des citoyens français qui ont la nationalité de leur pays des citoyens européens qui sont électeurs et peuvent être élus conseillers municipaux.
Ce que la gauche préconise c'est la création d'une autre catégorie de citoyens,par l'instauration de la citoyenneté communale.
La droite prétend que la citoyennenté doit rester attachée à la nationalité,mais déjà depuis le traite de Maestrich ce n'est plus le cas au sein de l'UE,leur argument est donc sans fondement.

Alayn

Bonsoir !

Oui, mais même dans une volonté de "citoyenneté communale" (1ière fois que je lis de la part de quelqu'un de gauche, ce concept), tout en gardant l'Etat, ça pose le problème des décisions communales, pilotées bien souvent actuellement par l'Etat et les partis politiques.
Et l'Etat est intrinsèquement nationaliste, patriotique.
Et les "déboires" actuelles de l'UE favorisent un regain du discours nationaliste. (jusqu'à nous ressortir le fameux slogan "Produisons français !", inventé par le PCF il y une trentaine d'années ! Si ça, c'est pas du nationalisme !

Dans le mouvement anarchiste, beaucoup préconise également des modes de gestion à l'échelle communale mais avec une abolition de l'Etat remplacé par le fédéralisme libertaire.

Je trouve qu'actuellement également, le mot "citoyen" est utilisé un peu trop à toutes les sauces, souvent très réformistes.
Et le "citoyen" est toujours sous la coupe de l'Etat.

Salutations Anarchistes !

Robert PETIT

Scandaleux !
La Montagne de ce jour nous apprend qu'un syndicaliste de l'Allier avait été conduit à la gendarmerie et contraint d'y rester pendant la visite de Sarkozy , au mépris de la Loi, et que des responsables de la gendarmerie de ce département ont ét mis en examen.
Cette contrainte est scandaleuse et illégale
Les visites hebdomadaires du Président de la République en province sortent du cadre de sa fonction et il s'agit tout bonnement de campagne électorale qui ne veut pas dire son nom, Nicolas Sarkopzy n'étant pas officiellement candidat déclaré.
Ces visites aux frais de l'Etat se déroulent d'aillleurs dans une atmosphére inhabituelle:Public soigneusement choisi parmi les militants UMP,élus sélectionnée autant que possible (En Poitou Charente Ségolène ROYAL non invitée a dû s'inviter elle même ce qui a fait du bruit).manifestants tenus à grande distance pour que le président n'écoute pas les protestations, véritable état de siége autour du lieu de la réunion etc..
Dans ces conditions les élus de gauche qui jusqu'ici ont joué le jeu républicain seraient bien inspirés de boycotter ce genre de visites-propagande et à tenir des conférences de presse pour le faire savoir.
Espérons enfin que les frais de déplacement seront pris en compte dans ceux de camapgne du candidat .

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.