« Deus ex makina... | Accueil | Sauver le Lycée des Métiers du Bâtiment de Felletin »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

On ne peut que se réjouir à la lecture du discours de Michel Moine qui a bien pris en compte l'ensemble des problèmes qui se posent à Aubusson et énonce les principaux projets qui doivent concourir au développement de la ville.Malheureusement je crains que la crise trés grave que traverse actuellement notre pays ne remette en cause nombre d'investissements et rende plus difficile le fonctionnement des structures existantes.
Dans son discours de ce jour,suite à la perte par la France de son triple A dont Nicolas SARKOZY nous a dit qu'il s'agissait d'un" trésor national",François HOLLANDE a traçé les grandes lignes de ce que sera son programme:
-Relancer la croissance par un effort considérable pour aider les entreprise.
-Réduire les déficits en revenant à l'équilibre budgétaire en 2017 et pour cela mener une politique rigoureuse ,les efforts nécessaires devant être justement répartis avec un effort particulier demandé aux plus aisés.
IL a indiqué que le plus grave était le décrochage de la France par rapport à l'Allemagne et que les plans successifs du Gouvernement de Nicolas SARKOZY manquaient de cohérence et d'efficacité.
Je crois qu'il n'est plus temps de se livrer comme le font Mélanchon,Le Pen,Eva Joly et autres a des promesses démagogiques qui ne font que discréditer leurs auteurs et qui ne valent pas plus cher que celles de Sarkozy.
Le changement est possible à condition d'être crédible.

Robert PETIT

François FILLON tente d'expliquer que ce n'est ni la France ni la politique de SARKOZY qui ont été sanctionnées par la perte du triple A.
Ne sachant comment se sortir de cette situation périlleuse il utilise sa méthode habituelle: tenter de discréditer l'adversaire et il propose à François HOLLANDE de soumettre son programme à l'Agence de notation S & P !
François HOLLANDE s'est empréssé de lui répondre que son programme il le soumettait au Peuple français,il aurait pu ajouter que la politique de SARKOZY a été déjà sanctionnée par l'Agence en question.

Mathieu Charvillat

Un discours, il est vrai consensuel dont chacun aura pu apprécier la mesure. Cela est à souligner.

Toutefois, en réaction au commentaire de Robert Petit, plusieurs réflexions et interrogations.

La perte du AAA était inéluctable ; chacun, je pense, l'avait bien compris. Cette dégradation est le point d'orgue d'une situation de crise qui couve depuis longtemps, et dont les manifestations au quotidien sont concrètes : développement de la précarité, classes moyennes écrasées, inégalités qui se creusent...

C'est là le résultat à la fois de dérives, et choix ou de non choix stratégiques opérés en France depuis le début des années 1980. De 1980 à 2007, ce ne sont pas moins de 2 millions d'emplois industriels qui ont été détruits. Son poids a baissé de 36 %. Cela en raison et d'une mutation du système productif, et d'une mutation de la nature productive. Nous sommes passés de la production de biens à celle de services.

La France, originellement grand pays de production industrielle a abandonné cela au profit du modèle anglo-américain, celui de la finance et des services. En gros, le pays est devenu un pays consommateur, qui importe, mais qui ne produit plus de richesses, ceci expliquant une balance commerciale très déficitaire.

Au MoDem, nous travaillons depuis presque deux ans sur cette thématique, qui aujourd'hui trouve tout son sens au travers des discours de tous les candidats sur la notion du Produire en France, pour laquelle je renvoie à l'excellent livre de F. Bayrou "2012, Etat d'Urgence", sorti l'été dernier.

Cela pour dire qu'au vu de la situation et sur la base des discours récents dont R. Petit se fait ici l'écho, comment réussir à conjuguer une politique rigoureuse (déclinaison adjectivale du mot honni rigueur) qui conduirait à la réduction des déficits et à la relance d'une vraie politique industrielle, avec la mise en oeuvre du catalogue de promesses sociales (auxquelles tout le monde aurait envie de croire) sur lesquelles s'est engagé F. Hollande au terme des primaires ? Comment trouver cet équilibre ?

carte

On peut trouver diverses explications à cette baisse inquiétante de notre production industrielle.J'y vois pour ma part une raison peu souvent évoquée,mais sur laquelle il n'est pas interdit de réfléchir.Beaucoup de celles et de ceux qui souhaitent "monter" leur entreprise ont compris que créer des richesses était bien plus aléatoire que vendre des richesses produites par d'autres.Il suffit pour cela de voir la montée en puissance de sites internet destinés à attirer les acheteurs éventuels.La perspective d'un gain financier rapide me semble être une des causes essentielles de cet engouement pour ce type d'entreprise.Sans doute certains trouveront mon propos quelque peu idiot,mais je tenais à le livrer à la réflexion de chacun

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.