« Sauver le Lycée des Métiers du Bâtiment de Felletin | Accueil | Avec François Hollande ! »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

Dans son discours du Bourget François HOLLANDE a rappelé son attachement à l'Education nationale qui avec la laîcité constituent les fondements de la République ,fondements qui ont été fissurés par la politique de Nicolas SARKOZY et que la Gauche si elle revient au pouvoir devra consolider.
Nous avons avec la politique du rectorat direcement inspirée par le Gouvernement une preuve de plus du mépris que le pouvoir de droite porte à l'éducation nationale et à ses personnels,SARKOZY allant même jusqu'à prétendre qu'ils ne travaillent pas assez.
Il est temps de donner congé à ce président qui méne depuis 5 ans une politique incohérente,sans vision d'avenir et destructrice des services publics et de l'économie de la France.

François TETEVIDE

Si on était partisan du "complot", on en viendrait à se demander si maintenant les diverses fermetures ne sont pas volontairement annoncées dans le cadre d'une stratégie électorale pour permettre à certains candidats aux prochaines élections dans leur bilan d'annoncer "grâce à moi, la radiothérapie a re-ouvert ses portes; grâce à moi, le LMB n'a pas fait fermé les classes annoncées...; grâce à moi..." afin de se montrer incontournable sur le terrain, et amener les électeurs à voter pour lui... mais çà c'est seulement si on était partisan du "complot" ;-)

michel moine

Loin de nous cette pensée...

Jerome Mathias Bel

En effet, la "théorie du complot", celle qui toujours nourrit aussi les instincts de suspicion et alimente les rumeurs les plus viles, n'est pas forcément de mise pour expliquer comment le député Jean Auclair parait peu capable, au pays des maçons creusois, de sauver la filière "arts de la pierre" des tentatives de liquidation du patrimoine rural et du développement économique afférent qu'organisent les hiérarques du parti politique qu'il représente pourtant dans la circonscription d'Aubusson. Ainsi, le député creusois ne serait-il pas aussi en phase qu'il l'a longtemps prétendu avec l'identité locale, avec un de ses fleurons en Creuse? Ou, à l'inverse même du "complot" et priorités centralistes du gouvernement obligent, une volonté complètement affirmée au sein de son propre courant politique fait autant défaut pour "sauver le soldat Auclair" que pour évaluer le patrimoine creusois à la juste valeur de ses nécessités économiques? En attendant, c'est la possibilité creusoise d'une carrière dans la pierre (!) qui semble pouvoir rester sur le carreau, pas celle, déjà faite, d'un réprésentant politique. Et c'est alors une très mauvaise nouvelle (de taille) si elle s'avérait confirmée.

Stéphane

.....uu complot avec effet boomerang! En effet, si M. Auclair dit vrais, n'est ce pas là une forme d'aveu que le gouvernement, auquel il appartient, fait tout et n'importe quoi dans la désorganisation et la panique la plus totale? Et surtout, encore plus grave, qu'un simple coup de téléphone puisse suffire à faire plier, en moins de 24h, le recteur (nommé par le président de la république) sur un sujet qui normalement a du être longuement et mûrement réfléchi? Oui François, sur ce coup là encore, on essaie vraiment de nous prendre pour des jambons...

Jerome Mathias Bel

Les options du rectorat de Limoges, comme d'autres en France, appellent à une vigilance permanente et à une mobilisation accrue. Car il faudrait être particulièrement naïf ou profondément de mauvaise foi pour croire qu'on peut défendre l'avenir d'un territoire rural comme le nôtre à coups de communications téléphoniques en coulisses et en tentatives de médiatisation locale de ces dernières, comme autant de preuves supplémentaires d'une foncière désorientation, seulement apte à d'intempestives gesticulations politiciennes. De telles méthodes indiquent d'elles-mêmes deux phénomènes fondamentaux mais synchrones: d'abord que leurs auteurs ne savent pas mesurer les véritables enjeux du développement territorial, qu'ils ne savent pas penser la décentralisation autrement que dans l'abandon de la ruralité au destin funeste que leur choix centraliste lui concocte; ensuite qu'il est plus urgent pour leurs plans de carrière personnels de masquer ainsi les brêches qui dorénavant fissurent chaque jour davantage l'émail de leurs sourires politiques, forcés d'artifices démagogues et égocentriques, plutôt que d'être capable de désigner en toute vérité ce qui organise sciemment une tragique désertification du pays, depuis les sphères parisiennes d'éminences gouvernementales auxquelles ils ont de toute façon prêté allégeance depuis toujours. Adoptant les théories américaines de Paul Romer, pour annoncer aux creusois l'application à la ruralité de cette "endogeneous growth" pourtant conçue depuis et pour le domaine de la technologie, le Président Sarkozy à Aubusson n'a finalement convaincu ses partisans que de sa nécessité personnelle à ce qu'ils persistent comme lui à nier ceci:
http://www.lemonde.fr/education/article/2012/01/27/la-france-rurale-se-rebelle-contre-la-fermeture-de-ses-lycees_1635406_1473685.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.