« Avec François Hollande ! | Accueil | Banquet des aînés à Aubusson: plaisir partagé et convivialité... »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

Il faut plus que jamais respecter l'adversaire et éviter la démagogie et les attaques personnelle mais je pense Michel,compte tenu de l'importance pour l'avenir de notre pays de l'élection présidentielle il faudrait ouvrir largement ton blog aux commentaires des déclarations politiques et tout particuliérement en faire une tribune "riposte" intélligente aux déclarations de la droite en lançant le débat

Jerome Mathias Bel

Les limites de la liberté d'expression trouvent une nouvelle illustration dans cette campagne pour les présidentielles 2012. Crispation identitaire et attaque ad hominem s'inversent à un tel point de déni de la démocratie qu'on ne sait plus s'il faut en rire ou en pleurer:
http://www.liberation.fr/culture/01012386017-les-affiches-du-spectacle-de-stephane-guillon-retirees-du-metro

Jerome Mathias Bel

Les espaces où la liberté d’expression, au sens large de tous ses possibles, peut faire palpiter le sentiment ou la pensée de l’humain dans les impératifs mouvements qui les fondent, ces espaces peuvent se trouver soit dans la sphère publique soit dans la sphère privée. Ils peuvent se former, puis s’étendre ou se raréfier, selon la qualité des manifestations individuelles ou collectives qui s’y proposent comme autant d’éléments dynamiques, qu’ils initialisent de tels espaces ou contribuent à leurs destinées respectives en les nourrissant.
Que dorénavant ils reconduisent plus ou moins virtuellement, en «réseaux sociaux» et autres blogs, plus ou moins historiquement aussi, la fonction première de l’agora, ils appellent toujours à une éthique dont il est trop souvent malheureux qu’elle ne s’exerce ni dans la fonction de tempérance ni dans la mise en circulation d’une néanmoins légitime aspiration humaine au lien social : car à ce point-là, les actuelles conditions techniques d’une vélocité optimisée pour un tel désir d’expression cristallisent en effet, à la fois et plus que jamais auparavant, ce que les anciens désignaient en «kairos» et en «mimesis».
Donc, quoiqu’il en soit d’une opinion qui somme toute ne reste qu’un acquiescement du chef à un système, variable ou modulable en ses degrés comme en sa diversité, il demeure qu’en un tel phénomène de civilisation, c’est avant tout l’intime des uns et des autres qui, encore, se propose au final ; affirmé, évoqué, exhibé, suggéré, distancié, esquissé, ironisé, l’intime affleure toujours, en intimes convictions ou certitudes, en doutes, en inquiétudes, en questions, en craintes, en espoirs, en idéaux et en haines parfois. Ainsi, toute conception ouverte de la laïcité ne peut négliger d’avoir à considérer que, comme la pratique religieuse, la liberté d’expression convoque à ce croisement des sphères publiques et privées qu’est l’intime, une éthique et une responsabilité individuelle chez celle ou celui qui porte la charge citoyenne d’un de ces espaces d’expression, à défaut que ses divers contributeurs sachent reconnaître et pratiquer la pourtant évidente nécessité d’une expression mature, moralement afférente à toute expression publique et de surcroît lorsqu’elle émane d’une personnalité investie d’une représentativité politique, élue ou non. C’est dans un tel cadre d’exigence au savoir vivre du politique et à la pesée des mots et des idées que le présent billet de notre hôte permet à chacune et à chacun de mesurer, en ce cas précis, un manque flagrant de maturité politique et de responsabilité citoyenne.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.