« Promesse carcérale | Accueil | Journée Portes Ouvertes Lycée des Métiers du Batiment de Felletin »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

Ce qui est rassurant c'est que l'essentiel de la percée de Jean Luc MELENCHON se fait chez les électeurs absentionnistes et dans l'électorat ouvrier qui avait quitté la gauche.
Cependant il ne faut pas oublier que le seul candidat de gauche qui peut battre Nicolas SARKOZY est François HOLLANDE et que plus il sera haut au premier tour,plus ses chances de succés au second seront grandes.

Philippe PETIT

Nous sommes en démocratie et l'élection présidentielle en représente la quintessence. A quoi bon avoir plusieurs candidats de sensibilités différentes voire très différentes si comme un seul homme nous devons voter uniquement entre les deux soit disant principaux candidats. Chacun doit s'exprimer et mettre le bulletin de vote qui lui correspond le mieux. Le PS et l'UMP sont deux partis monolithiques dont la seule bi polarité ne saurait incarnée la diversité de pensées, d'idées et d'actions des hommes et des femmes engagés politiquement dans notre pays.

michel moine

Ce que pose Philippe, c'est la question de la Ve République, et de sa toujours croissante dérive monarchique. C'est pour cela que je pense que l'avènement d'une VIe République, davantage parlementaire,plus démocratique, n'est ni une question anodine, ni secondaire.

La proposition de François Hollande, d'instiller une dose de proportionnelle aux élections législatives ( prop 48) va dans le bon sens. Il faudra probablement aller plus loin, si on veut refonder notre pacte social sur des bases plus respectueuses de la pluralité des opinions.

L'hyperprésidentialisation telle que la pratique Nicolas Sarkozy confisque la légitimité démocratique des élus de la Nation et des élus locaux. Il conviendrait de redéfinir le rôle du Président, dont le mandat ne serait pas renouvelable. Le rôle du Premier Ministre se verrait accru, dans un équilibre institutionnel avec le Président de la République plus égalitaire qu'aujourd'hui. La diversité des opinions serait ainsi davantage prise en compte qu'aujourd'hui.

Cependant, je ne partage pas avec Philippe l'amalgame sur le côté monolithique, et du PS, et de l'UMP. Ces deux partis, certes centraux dans l'échiquier politique, ont une organisation et un mode de fonctionnement très différents. Si "monolithique" semble un adjectif approprié pour l'UMP, il me semble qu'au PS la démocratie interne y est plus poussée, ne serait-ce que par la possibilité de tendances, sans pour autant prétendre à la perfection...

Robert PETIT

Echos de campagne du 27 Mars:
Nicolas SARKOZY voulant sans doute bien faire a commis une énorme bourde qui n'en doutons pas exprime le fond de sa pensée. Il a parlé de "musulmans d'apparence" pour parler de deux des parachutistes tués.
François HOLLANDE a trés justement répondu que ces parachutistes étaient des français,point c'est tout. La religion est une affaire personnelle qui ne saurait servir pour mettre les gens en catégories.Cette mise en catégories qui est la spécialité de SARKOZY.
La campagne électorale doit sortir du bourbier dans laquelle certains voudraient l'enliser à la suite de la tuerie de Toulouse et de Montauban.
La sécurité est certes un probléme important mais la montée du chômage est aussi un grave probléme que le président sortant prend à la légére,parlant d'une"modération de la hausse du chômage" !
Avec plus de 4 millions de chômeurs toute hausse est une catastrophe.

Robert PETIT

Echos de campagbne du 28 Mars:
La popularité de Jean Luc MELENCHON ne se dément pas.Le succés de ses meetings est indéniable et il recueille une bonne partie du mécontentement extréme des français vis à vis de la politique du président sortant.
Cependant son programme généreux est en grande partie irréalisable,je prends deux propositions:
-La taxation à 100 % des hauts revenus,manifestement anti-constitutionnelle et qui serait retoqués par le Conseil Constitutionnel.
-L'augmentation du SMIC à 1700 € qui entrainerait le dépôt de bilan de trés nombreuses PME.
François HOLLANDE aura certes besoin impérativement des voix du Front de Gauche au second tour mais il se doit de poursuivre sa ligne politique actuelle en mettant l'accent sur la lutte contre le chômage et sur l'effort de restructuration industrielle.

Nathalie Nablanc

Entre stratégie politique et réelle adhésion c'est bien ici que l'hésitation est grande. Entre culpabilité et espérance : voilà de quelle manière nous pouvons résumer les élections présidentielles de 2012. Dans le même temps si chacun se pose cette question et entre dans la stratégie où se situe la démocratie? Dans le vote par défaut? Quelles chances donnons-nous à nos convictions? Est-ce qu'un vote pour un parti politique moins "important" ne permettrait-il pas une vraie remise en question des plus grands partis? Jamais, jamais, il n'a été si difficile de prendre une décision entre stratégie et conviction...en cela même la démocratie est réellement menacée.

michel moine

Robert, il ne faut pas oublier que Mélenchon s'est prononcé pour une VIe République, ce qui veut dire une nouvelle Constitution. Ce qui semble inconstitutionnel aujourd'hui le serait-il demain ?

Par ailleurs, il mise sur une relance de l'économie par la consommation, et souhaite donc redonner du pouvoir d'achat. La Droite avait, quant à elle, choisi la voie du seul investissement, ce qui semble nettement insuffisant, au vu des résultats constatés.

Nathalie, beaucoup mettront en pratique le vieil adage républicain, qui énonce qu'au 1er tour, on choisit, et qu'au deuxième tour, on élimine. Ils le feront avec, vraisemblablement, la conviction qu'il n'y a guère de risque d'un nouveau 21 avril.

Robert PETIT

Echos de campagne du 29 Mars:
Les derniers sondages apportent la preuve que non seulement Jean Luc MELENCHON prend des voix sur les absentionnistes, ce qui est souhaitable, mais commence à en prendre sur François HOLLANDE ce qui est plus inquiétant,CSA annonce un décrochage de François HOLLANDE ce qui est sans doute excessif car on connait les tendances de cet Institut mais même la SOFRES le met à 28 % soit 1 % derriére SARKOZY. Au second tour il reste vainqueur mais pour CSA l'écart se resserre.
Personnellement cet effritement dans les sondages ne m'inquiéte guère et parait normal mais il commence à faire douter l'opinion et François HOLLANDE doit impérativement reprendre la main.
La Gauche n'a jamais été aussi élevée en France, et c'est un bon signe, mais pour être élu François HOLLANDE doit impérativement trouver des voix au Centre ce qui l'oblige à maintenir son programme dans une option réaliste.
Michel,je suis un ferme partisan d'une VI éme République parlementaire mais pour changer la Constitution il faut d'abord battre SARKOZY et pour cela François HOLLANDE reste le seul à en être capable.
Vouloir à tout prix faire monter MELENCHON au détriment de François HOLLANDE, pour, dit-on, faire gagner la Gauche est sans doute le meilleur moyen de faire réélire SARKOZY.
En ce qui me concerne je ne changerai pas de position car je considére que nombre de propositions de MELENCHON sont purement démagogiques et inapplicables et que par exemple une politique fiscale confiscatoire est contraire à ma conception de la Démocratie.

Nathalie

A la différence du 21 avril, qui fut majoritairement contestataire, je pense que pour de nombreux votant qui feront un choix différent et peut-être très différent,le feront par adhésion. Alors, tout est possible oui, et même le pire. Chaque voie est la voix démocratique.

Robert PETIT

La politique sécuritaire
Niclas SARKOZY sentant bien que l'élection peut lui échapper relance le théme de la sécurité.
Dans une intervention devant des spécialistes il a présenté un projet de réforme du Code Pénal allant dans le sens d'un renforcement des peines: peines plancher,rétention de sûreté,moins de réduction de peines etc..
Sa politique ultra-sécuritaire ayant échoué et ce malgrè de trés nombreuses Lois,il veut en rajouter,oubliant que la sécurité demande un travail en profondeur et que les seules Lois ne résolvent pas le probléme.
Nicolas SARKOZY passe sous silence l'essentiel des précoccupations des français: le chômage,le pouvoir d'achat,car son échec étant tellement flagrant dans ses domaines qu'il n'ose les évoquer.

Mathieu Charvillat

La Creuse nous offre régulièrement des surprises pour le moins étonnantes...

Rencontre avec une future candidate aux prochaines législatives, en campagne dans le sud de notre département...

http://democrate23.blogspot.fr/2012/04/la-creuse-aux-mille-surprises.html#more

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.