« Michel, prof de philo, 56 heures de travail par semaine | Accueil | Le pylône SFR de St Maixant enfin en fonction ! »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

Pour compléter ce que dit Michel, je pense qu'il faut dénoncer l'absurdité de certaines mesures proposées par Nicolas SARKOZY:
-Les accords de Schengen ne peuvent être dénoncés ni modifiés unilatéralement sauf à sortir de l'Europe.
-IL en est de même pour la préférence qui serait donnée pour les marchés publics européens.
- La taxation des français résidant à l'étranger nécéssiterait également la révision des conventions internationales sur la fiscalité ce qui d'après des spécialistes demanderait plus de 10 ans.Les riches amis de Nicolas SARKOY peuvent dormir sur les deux oreilles ils ne sont pas près de payer des impôts en France.
Mais SARKOZY va plus loin il veut maintenant accorder les facilités du régime des auto-entrepreneurs à tous les artisans qui ne réalisent pas de chiffre d'affaires,mesure purement symbolique car ces artisans, qui ne doivent pas être bien nombreux,n'ont plus d' activité et doivent se désinscrire
Enfin il découvre après 5 ans que ses promesses sur la dépendance n'ont pas été tenues et reprend la proposition de François HOLLANDE sans indiquer comment il la financera.
Tout cela est du vent mais certains français peuvent se laisser abuser et j'espére que François HOLLANDE mettra cette semaine le président sortant face à son incohérence et à ses mensonges en reprécisant son programme; Nous verrons alors que les sondages rapartiront en hausse pour notre candidat qui doit susciter l'adhésion et non pas seulement bénéficier du rejet de SARKOZY.
Face à un tel candidat agressif,de mauvaise foi,démagogue il faut tout en gardant sa sérénité ne pas hésiter à taper fort.

Robert PETIT

ECHOS DE CAMPAGNE:
Nicolas SARKOZY a qualifé de "ridicule" la proposition de François HOLLANDE de retirer le mot de "race"du préambule de la Constitution; En fait c'est lui qui est ridicule et de plus il est inculte.
Pendant longtemps on a cru qu'il existait plusieurs races humaines: la blanche,la noire,la jaune caractérisées par la couleur de la peau des individus.Partant de ce principe un écrivain Arthur de GOBINEAU a,au XIXème Siécle, publié un Traité sur l'inégalité des races humaines qui a servi de modéle à un certain HITLER.
Depuis,les scientifiques ont fait justice de cette erreur,génétique à l'appui ils ont démontré qu'il n'existait qu'une seule race humaine et que la couleur de la peau n'était qu'une caractéristique propre à un groupe d'individus.
Dans ces conditions le terme de "race" n'a rien à faire dans la Constitution et François HOLLANDE a parfaitement raison de demander son retrait.
L'ineffable JF COPPE a prétendu que si cette mesure était prise on ne pourrait condamner le racisme!Il oublie que le racisme est justement le fait d'admettre l'existence de races et de les discriminer,il aurait mieu fait de se taire.

Robert PETIT

MANOEUVRES ET SONDAGES
Aprés son "génial" meeting de Villepinte Nicolas SARKOZY attendait avec impatience des résultats tangibles en matiére de sondage,et bien voilà que l'IFOP présidée par Madame PARISOT semblait lui donner raison;
Dès la fin du meeting,sans attendre le délai habituel, cet Institut nous en sort un sur mesure:
Le soir du 13 mars il annonce: HOLLANDE 28,5 % SARKOZY 28 %,l'écart se resserre,puis dans la nuit le même Institut renverse la tendance nous en sommes à SARKOZY 28,5 % HOLLANDE 27,5 % qui deviendront au matin 27% surprenant !
Et pour couronner cette folle journée le 14 à 16 Heures,le sérieux Institut SOFRES annonce:HOLLANDE 30% SARKOZY 26% ce dernier chutant de deux points.
A noter que ces différents sondages ont été réalisée dans le même laps de temps,après le meeting de Vilepinte.
Les commentateurs se posent des questions,Lors de l'émission d'Yves CALVI "C'est dans l'Air" le Directeur de l'IFOP trés embarassé a été incapble de s'expliquer.
En cherchant bien certains on trouvé l'explication: IFOP n'a sans dout pas truqué le sondage mais il l'a orienté par le questionnaire sur lequel étaient interrogés les panelistes.
Il faut savoir qu'il s'agit de sondages "rolling" on prend les deux tiers du précédent sondage et on réinterroge le troisiéme tiers,de plus il est réalisé en partie par internet ce qui n'est pas trés fiable.
Le sondage SOFRES est d'ailleurs confirmé ce jour par un sondage BVA paru dans La Montagne indiquant qu'une large majorité de français n'avaient pas été convaincus par les déclarations de SARKOZY
Les sondages ne reflétent certes qu'un instantané de l'opinion mais peuvent servir à des manipulations politiques.Le FIGARO s'est d'ailleurs bien garde de s'attarder sur le sondage second tour trés défavorable à son candidat.

Mathieu CHARVILLAT

Manoeuvres et sondages, comme vous dîtes Robert.

Cela n'est pas sans me rappeller un article que j'avais écris récemment et que vous aviez par ailleurs commenté.

http://democrate23.blogspot.com/2012/02/sondages-et-medias-manipulation-et.html

Des sondages dont on nous abreuve quasi-quotidiennement, et qui, à mon sens sont un instrument de manipulation de l'opinion publique, de par la publicité excessive dont ils jouissent.

Au delà de cela, et en dehors de toute connivence partisane, n'y-a-t-il pas une autre inquiétude à voir venir dans le scrutin présidentiel.

Nous sommes tous des acharnés à promouvoir chacun notre poulain.

Mon "maître", en matière de science et sociologie politique, le professeur Robert Ponceyri dont j'ai eu l'honneur d'être l'élève, voit l'élection à venir comme une élection de rejet. Un avis tranché, parfois brutal sur le microcosme politique, avec en privé une analyse beaucoup plus fine qu'il n'y paraît.

http://www.infomagazine.com/article/sujet-23061,robert-ponceyri-2012-sera-une-election-de-rejet.html

Le vote de rejet peut-il décemment être perçu comme un vote d'adhésion ? Certainement pas.

Au delà du vote de rejet, la participation au scrutin ne doit-elle pas être une pré-occupation majeure de la classe politique. J'avoue que c'est cela qui m'inquiète. Si l'élu n'est issu de la majorité que d'une participation de l'ordre de 50 % du corps électoral, quelle légitimité ? Les grands meetings, et nous le savons tous, avec leurs lots de drapeaux et d'enthousiasme déchaînés, ne sont pas une juste représentation.

Est-ce que ce désamour, ce rejet du politique n'est pas un signe (encore un) d'un système en crise, d'institutions à bout de souffle.


Montebourg lui même opte pour une sixième république depuis longtemps. Bayrou prône une évolution institutionnelle.

Nous avions organisé à Aubusson un forum sur la question où l'amplitude du panel politique présent avait concouru à un consensus sur le sujet co-animé par un militant du Front de Gauche, je le précise.

Encore une fois, au delà de toute approche partisane, derrière la crise économique et sociale qui nous frappe, cette autre crise, s'il est juste qu'elle intéresse moins les français, n'en demeure pas moins pernicieuse et digne d'intérêt.

Le débat ne devrait pas éluder les nécessaires mutations dont il est besoin.

Robert PETIT

ECHOS DE CAMPAGNE du 16 Mars:
François HOLLANDE a été excellent hier soir,face à la tentative de déstabilisation de COPPE il a gardé son calme continué à développer ses arguments et apporté des précisions particuliérement sur l'ISF. La mauvaise foi de ses adversaires voudrait faire croire qu'il réinstaure un bouclier fiscal alors qu'en fait il rétabli la fiscalité sur l'ISF avec les limitations qui existaient auparavant.
La droite qui défend le tout nucléaire a bien été obligée ce matin par la voix de Nathalie KOKIUSKO-MORIZET d'avouer que Fensenheim demandrait d'importants travaux et que ce serait à EDF de voir si elle serait restaurée ou fermée: Elle n'est pas loin de la position de François HOLLANDE,sauf qu'elle laisse à l'exploitant le choix alors que la décision doit venir de l'Etat et qu'elle oublie le fait que la centrale est située en zone sismique.
Ce matin également sur l'Europe un économiste expliquait que la position de François HOLLANDE faisait son chemin et que non seulement en Europe les socio-démocrates, mais aussi un certain nombre de conservateurs considérent que le Traité signé est imparfait et qu'il devait
impérativement être complété si on veut une croissance européenne et par voie de conséquences une réduction des déficits.
Enfin François HOLLANDE ,sans vouloir critiquer MELENCHON a justement expliqué que si l'on voulait la victoire de la gauche il était indispensable qu'il soit au plus haut au premier tour. Je suis persuadé que les électeurs de MELENCHON veulent faire battre SARKOZY et qu'ils savent que leur candidat ne peut être présent au second tour.

carte

Il est tout à fait exact que l'on a de plus en plus tendance à utiliser son bulletin de vote comme étant une manifestation de rejet et ce
phénomène a tendance à s'amplifier;tous les responsables politiques avec leurs promesses non tenues en portent la responsabilité,mais force est de reconnaître que le président actuel a plus que tout autre contribué à ce rejet.Ses outrances verbales,son mépris pour ceux qui ne pensent pas comme lui,sa certitude d'être le meilleur dans tous les domaines,cette façon de s'attribuer les mérites dans les succès obtenus au plan international comme si les autres chefs d'état n'existaient pas ont cristallisé contre lui toutes les colères,toutes les aigreurs.Il ne faut pas s'étonner de la popularité actuelle de J.Chirac.Certes,il est affaibli,il n'est plus au pouvoir,il est loin d'être exempt de tout reproche,mais il avait un côté sympathique ,près des gens ,dont son successeur est totalement dépourvu

Robert PETIT

ECHOS de campagne de du 18 Mars:
Hier,Nicolas SARKOZY s'est livré à une attaque virulente,agressive et haineuse à l'égard de François HOLLANDE,manifestement il perd son sans froid et est, comme le dit HOLLANDE, dans "l'outrance".Il oublie qu'il est le président:
-Du chômage
-des déficits abyssaux;
-De la baisse du pouvoir d'achet et du travailler plus pour gagner moins.
-De la destruction des services publics.
Il est le président qui n'ose pas défendre son bilan et qui n'a pas de programme hormis quelques propositions difficilement applicables.
En fait Nicolas SARKOZY sur la base de sondages pour le moins complaisants s'est persuadé pendant quelque temps qu'il allait gagner et comme ,patatras,les derniers sondages,qu'il doit suivre,heure par heure,ne vont pas du tout dans son sens (LH2:HOLLANDE 30,5 SARKOZY 27,5)il redouble d'agressivité. Il s'agit d'une véritable fuite en avant.
Face à cet agité François HOLLANDE garde son calme et continue de défendre son programme qui devra toutefois être précisé sur certains points;

Robert PETIT

Echos de campagne du 19 Mars:
La prise de la Bastille
Jean Luc MELENCHON a voulu reprendre la Bastille. Il faut reconnaitre que le rassemblement organisé par le Parti de Gauche a été un vrai succés et il convient d'en tirer des enseignements:
Les français sont profondément mécontents de la politique de SARKOZY et on eu l'occasion de le manifester.Dans la foule il n'y avait pas que des membres du PC ou du Parti de Gauche mais des citoyens qui en ont assez du chômage,de la perte de leur pouvoir d'achat,de l'impossibilité de partir à la retraite après avoir dûrement travaillé pendant de trop longues années.
Jean Luc MELENCHON fait appel à la mythologie de la Gauche dans la tradition des Révolutions du XIX éme Siècle:celle de 1789 bien sur mais aussi celles de 1830 et de 1848.Son discours ,court,était plus une invocation qu'un discours politique car il ne fit aucune annonce importante,sauf sa volonté de voir s'instaurer une VI éme République,idée que je partage totalement mais je considére, comme d'ailleurs je crois les socialistes (particuliérement Arnaud MONTEBOURG), qu'une telle décision doit se préparer et qu'actuellement les français confrontés à de graves difficultés ont d'autres priorités que de convoquer une Constitutante.
Jean Luc MELENCHON considére qu'un socre élevé du Front de Gauche est nécéssaire pour que le futur Gouvernement méne une politique résolument de gauche mais, comme il est intelligent, il sait que si François HOLLANDE était affaibli au premier tour ses chances de gagner au seond seraient amoindries.
D'autre part il est bien imprudent en affirmant que les communistes ne participeraient pas au Gouvernement,il y a de fortes chances pour qu'il soit démenti.
En résumé si Jean Luc MELENCHON incite des électeurs et des électrices tentés par l'absention d'aller voter ce sera une bonne chose,mais il est indispensable qu'il ne les détournent pas du vote HOLLANDE au premier tour car il ferait le jeu de Nicolas SARKOZY.
A propos de ce dernier il continue ses petites annonces en piquant allégrement dans les programmes de François HOLLANDE et de François BAYROU sans indiquer comme le dit Marielle de SARNEZ comment il les financera !
Le triste Henri GUAINO se trouvait même en accord avec MELENCHON sauf sur la méthode,les faux-culs à droite sont légion!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.