« Choc frontal | Accueil | Le sarkozysme, manifestation politique de la maladie d'Alzheimer ? »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

Je viens de lire l'article consacré à Michel DIAS qui apporte un démenti aux déclarations stigmatisantes de Nicolas SARKOZY. Certes on pourra toujours trouver un professeur qui se cantonne dans la routine et ne fait pas d'efforts pour rendre son cours intéressant mais cela reste l'exception et les enseignants, qu'il s'agisse du secondaire ou du primaire, font leur travail consciencieusement et y consacrent beaucoup de temps.
Mais je voudrais en revenir à des échos de campagne:
Nicolas SARKOZY a trouvé un théme de campagne passionnant: La viande hallal,comme s'il s'agissait de la principale préoccupation des français.Je parlais de la stigmatisation des enseignants et bien maintenant il stigmatise les musulmans et accessoirement les juifs. François FILLON en remet une couche en faisant une déclaration invraisemblable,à se demander s'il n'en a pas fait exprés pour nuire à son candidat.
En perte de vitesse le président sortant fait n'importe quoi et les plus lucides de ses amis politiques commençent à s'en rendre compte.
Les sondages ne font certes pas une élection mais ils sont catastrophiques pour Nicolas SARKOZY. Contrairement à ce qu'espérait l'UMP non seulement les courbes ne se croisent pas mais l'écart avec François HOLLANDE s'accroit et au second tour devient impressionnant.
François HOLLANDE mêne une campagne efficace et ce n'est pas le moment de relacher la pression,la victoire sera au bout de l'effort.

Ralph

"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit..." et Sarkozy agit !

Michel Moine

Agir sans réfléchir, c'est détruire...

La liberté d'expression se pratique à visage découvert. Le sarkozysme serait-il honteux, qu'il ne puisse se revendiquer qu'anonymement ?

Robert PETIT

Nouveaux échos de campagne:
Nicolas SARKOZY vient de se livrer à une autocrtitique de son comportement au début de son mandat.Il est probable que les français lui auraient pardonné ses écarts si sa politique avait été satisfaisaisante,or ce n'est pas le cas et il traine avec lui,comme le lui a dit Laurent FABIUS,le boulet de son bilan catastrophique.
Et puis,cela n'intéresse pas les français de savoir qu'il était déstabilisé à la suite de ses problèmes de couple.
Il serait utile que le président sortant se fasse psychanaliser car il a de sérieuses difficultés de comportement et, son agressivité permanente comme il en a fait la preuve contre ses interlocuteurs est problématique pour quelq'un qui veut exercer la fonction supréme.
Enfin,en dehors de la rengaine habituelle sur l'immigration pour essayer de prendre des voix à Marine LE PEN; la seule proposition est une taxe sur les grandes sociétés qu'il s'est ingénié pendant 5 ans à exonérer d'impôts!

carte

Sarkozy agit ou s'agite?Ce qui compte,c'est le résultat de cette action,le reste n'est que du blablabla

Michel Dias

La proposition de Mr Sarkozy d'augmenter, pour les volontaires (comprenons "les moins fainéants d'entre eux"),le temps de présence des enseignants dans les établissements, est sous-tendue par le présupposé selon lequel, hors de ses heures de cours, un professeur ne travaille pas. Espérant, très naïvement, nourrir le débat j'ai cru bon d'opposer à cette idée reçue mon témoignage personnel.
Mal m'en a pris, j'ai été victime, sur le forum du journal en question, d'une lapidation en règle. Mon cas personnel (bien atypique il faut le croire) livré en pâture par ma maladresse, a fait l'objet d'une curée nauséabonde. Mais de débat d'idées, point du tout.
Quelque chose ne tourne pas rond dans nos démocraties d'opnions viciées par un soupçon paranoïaque de mensonge et de manipulation d'autrui. Que l'on ne dise pas que les paroles s'échangent et circulent sur les forums d'internet, elles s'abolissent tantôt dans la cooptation partisanne, tantôt dans le dénigrement réciproque. La démocratie, ce n'est pas seulement pouvoir s'exprimer, c'est aussi savoir entendre. Toute démocratie suppose que les idées se confrontent dans le champ d'une confiance mutuelle. C'est à cette conditions que la pluralité produit son effet vertueux. Hors de cette confiance partagée, la saine pluralité se change en menées factieuses. Platon, qui était pourtant loin d'être démocrate, recense dans "Gorgias" trois qualités indispensables à la discussion : compétence, bonne foi et bienveillance. j'insisterai sur le troisième point qui signifie qu'en contredisant l'autre on veut sincèrement son bien et qu'il faut donc commencer par ne pas l'insulter. Il est vrai que Platon ne définissait pas ainsi le débat démocratique (qu'il accusait non sans raisons d'avoir mis à mort son maître Socrate) il définissait le dialogue. Mais Aristote avait repris ces trois traits de l'esprit du dialogue et il les avait rattachés, en leur associant la "prudence", à l'échange des idées dans la cité. Il appelait cet échange, dans lequel la pluralité des opinions contribue à la construction collective d'un sens et à dessiner la courbure de l'humanité commune : "l'amitié politique". Mais la querelle des Anciens et des Modernes est passée là-dessus et les Modernes l'ont emporté ; la politique s'en est allée avec l'amitié...

Robert PETIT

Echos de campagne du 9 Mars:
Décidément la campagne de Nicolas SARKOZY est marquée par l'étrangeté,le candidat de l'UMP qui a la vague à l'âme alterne des moments de doute avec d'autres d'excitation;Il déclare que s'il est battu on ne le reverra plus,sans doute il ne fera pas retraite dans un monastére comme il l'avait dit en 2007,retraite qui a fini sur le yacht de Bolloré,mais il se consacrera à sa grande passion: faire de l'argent.
L'aprés midi, sans doute revitaminé, il proclame qu'il ménera ses militants à la victoire.
Si la France désire un président solide qui n'a pas" d'états d'âme mais des état de service" comme l'a dit François HOLLANDE il ne faut surtout pas le réélire.

Robert PETIT

Revenons sur la proposition de Nicoals SARKOY de faire faire plus de présence aux ensignants. Michel DIAS a parfaitement répondu et le blog de l'opposition continue à s'évertuer à défendre la position du président sortant avec de mauvais arguments.
Il faut bien comprendre que SARKOZY se moque du travail des ensignants comme de sa premiére chemise et que le but qu'il recherche c'est de stigmatiser le corps ensignant qu'il déteste.D'ailleurs le président sortant déteste tout le monde:les ensignants,les magistrats,les fonctionnaires en général,les immigrés et j'en passe.
Sa méthode pour la campagne électorale c'est contrairement à ce qu'il dénonce faire du communautarisme en recherchant des voix dans des milieux qui lui sont favorables:les arméniens,les rapatriés (à noter que chez ces derniers seulement 26 % voteraient pour lui,à égalité avec François HOLLANDE).

Robert PETIT

Dans son discours de dimanche Nicolas SARKOZY s'est livré pendant 20 minutes à une rétrospection narcissique pour démontrer qu'aprés, comme en 2007, il eut "changé", il avait maintenant "appris".
S'il lui a fallut 5 ans pour apprendre c'est qu'il n'est pas trés doué !Aucune explication sur son mauvais bilan qu'il continue à passer sous silence, mais par contre une fois de plus il désigne ses adversaires:les corps intérmédiaires notamment les syndicats ainsi que les chômeurs. Oser les faire huer par les militants UMP est indigne d'un président sortant et augure mal du dialogue social si par malheur il était réélu.
SARKOZY devient de plus en plus bonapartiste,il souhaite gouverner par référendums, oubliant que cet instrument consitutionnel est d'un usage dangereux et que son utilisation à répétition crérait en France un climat d'instabilité politique, d'autant plus qu'il se traduirait le plus souvent par un plébiscite pour ou contre le président.
La campagne menée par SARKOZY,je voudrais dire par GUAINO ultra présent jusqu'à la tribune, contribue à diviser les français plus qu'à les rassembler comme devrait le faire un candidat à la présidence de la République.
Sa seule proposition sur l'Europe démontre son incapacité à influer sur les problémes européens. Vouloir au besoin modifier seul les accords de Schengen, vieux de plus de 10 ans, reléve de l'utopie. Veut il comme le dit trés justement François BAYROU rénover les postes frontiéres et embaucher des douaniers ? Il est amusant de voir qu'alors qu'il reproche à François HOLLANDE de vouloir modifier un traité non encore ratifié il prétend suspendre unilatéralement un traité en application,nos partenaires européens apprécieront. Il est vrai qu'il s'agit de sa part de promesses qu'il n'a nul intention de tenir s'il était réélu.
La principale explication du rejet par les français du président sortant c'est qu'ils ne le croient plus.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.