« Le pylône SFR de St Maixant enfin en fonction ! | Accueil | Promesse carcérale »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Christophe Moreigne

Bonjour, c'est vrai que M. PETIT appartient au patrimoine aubussonnais.

S'agissant des parlementaires SFIO creusois qui ont voté les pouvoirs constituants le 10 juillet 1940....C'est vrai, et un peu rapide si on ne précise pas que Chambonnet les vota aussi. Le député "aventurier de droite" Sourioux l'aurait fait des 2 mains s'il n'avait été fait prisonnier. Dès septembre 1941, revenu de captivité, il prend la tête de la Légion des Combattants, "le parti du Maréchal", sans modération, crachant sa haine des Juifs et des instituteurs socialistes, tous francs-maçons à ses yeux... Par contre, le député SFIO Blanchet aura très vite une action résistante unanimement saluée aux côtés de Roger Cerclier (futur président du Comité départemental de Libération). De même le radical Chambonnet sera persécuté et déporté... Il faut également rappeler que le préfet CABOUAT, dès son arrivée en septembre 1940, fait la chasse à tous les élus SFIO de la Creuse et les démet systématiquement de leurs fonctions municipales (ex. de C. Riffaterre à Bourganeuf. Les exemples sont nombreux). Léon Blum a voté contre les pleins pouvoirs. Pour le préfet de Vichy, socialistes SFIO et francs-maçons sont à débusquer, tout comme il interne administrativement pour 4 à 5 mois à Saint-Germain-les-Belles 20 militants communistes, à l'automne 1940. A la préfecture, il chasse Pruchon, chef de division SFIO et place sous surveillance (contrôle postal et téléphonique) bien des instituteurs SFIO. Son successeur Jacques-Henry n'hésitera pas à en révoquer (ex de Cerclier)... Il faut aussi rappeler que beaucoup de parlementaires ont voté les pouvoirs constituants dans une ambiance jamais vue de pressions et de menaces presque physiques orchestrées par Laval et ses hommes. Le climat d'effondrement total du pays (10 millions de réfugiés, 2 millions de prisonniers) et de fin de régime, est un élément qui explique que 80 seulement ont refusé les pouvoirs à "l'homme providentiel" Pétain, vainqueur de Verdun.

Robert PETIT

Ce que dit Christophe MOREIGNE est parfaitement exact, je le précise d'ailleurs en ce qui concerne Auguste CHAMBONNET dans mon ouvrage.
Il se trouve que j'ai connu en 1941 le climat qui régnait à Vichy et que j'ai eu l'occasion de discuter de ce sujet avec mon camarade d'enfance Jean Paul COINTET auteur d'une Histoire de Vichy. Il est effectivement difficile de se mettre à la place des parlementaires de cette époque dans le climat de désarroi moral qui régnait mais cela n'empécha pas 80 d'entre eux de refuser les pleins pouvoirs par fidélité à leur idéal républicain que les autres avaient oublié.

Claude Teyton

C'est vrai que Robert fait partie de ces très rares hommes, élus locaux, à être devenue, voir l'avoir toujours été, un sage.

C'est à dire à ne pas toujours être ancré dans une étiquette politique, avoir une vision plus globale et plus constructive des choses, ces deux ouvrages laissent une trace écrite et pertinente de la vie locale, j'ai pris plaisir à les lire et les relire !


En cette période de festivité locale avec nos amis Alsaciens, je me souviens d'une quinzaine d'années en arriére, ou tous les ans, nous nous rendrions ensemble à Eguisheim, il faut bien avouer qu'à une certaine époque c'est gràce à lui que le pacte d'amitié entre le Creusois et le Gewurt a perduré, c'est lui, je crois, qui m'a donné l'envie de créer le comité de jumelage dans ces années là,

C'est toujours un réel plaisir de le voir et de discuter avec lui.

Robert PETIT

Echos de campagne du 22 Mars:
Dans leur trés grande majorité les candidats à la présidentielle ont fait preuve d'une grande dignité devant le drame affreux qui a frappé la communauté juive de Toulouse et les soldats de Montauban.
Il est dommage que JF COPPE contrairement d'ailleurs à Nicolas SARKOZY ait cru bon d'attaquer François HOLLANDE et François BAYROU.
Je ne crois pas que les mesures annoncées par le Président de la République soient de nature à empécher des teroristes de recommencer,soit elles existent déjà, soit elles sont inapplicables.La seule solution efficace est de renforcer la police de renseignement au lieu de réduire les effectifs

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.