« De la nécessité de changer de République. | Accueil | Mon discours pour la cérémonie des déportés »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jerome Mathias Bel

En réaction à ce document produit par Médiapart, le Président sortant déclare cet après-midi en meeting que la rédaction pilotée par Edwyn Plenel est "une officine de la gauche". Il emboîte ainsi le pas à François Fillon qui, plus calomnieusement, soutient que de "riches amis" du candidat Hollande financent Médiapart... Si l'on peut moralement douter de la légitimité de François Fillon, premier ministre des "riches amis" de Nicolas Sarkozy et d'Eric Woerth, à désigner de la sorte et pour la énième fois la liberté de la presse d'investigation comme bouc-émissaire à ses échecs de gestion, si l'on peut aussi noter déjà la réplique de Edwyn Plenel ("Mr Fillon est bien mal informé") à de telles accusations à la limite de la diffamation, il est possible de sourire franchement et ironiquement en lisant aujourd'hui dans Médiapart ceci, émanant d'un gaulliste véritable, parmi de nombreux autres déçus encore de l'idéologie sarkozyste: "Le député UMP Etienne Pinte juge que Nicolas Sarkozy «se trompe» de stratégie en reprenant les thématiques chères au FN et estime que l’aile modérée du parti présidentiel doit «avoir le courage de le dire» et de «lui montrer ce désaccord». «Je regrette qu’on reprenne aujourd’hui ce qu’on a rejeté, à savoir certaines thématiques de Marine Le Pen: immigration, identité nationale, fermeture des frontières. Ce ne sont pas les préoccupations des Français. Les priorités, ce sont le pouvoir d’achat, l’emploi, le logement, la formation, la santé. On se trompe en voulant reprendre ces thématiques», déclare-t-il.
Contrairement aux fantasmes sarkozystes, pour une soi-disante "officine de gauche", il est désormais patent que l'équipe de Edwyn Plenel laisse libre parole aux derniers représentants d'un parti déboussolé qui, eux, n'ont pas renoncé, comme les inconditionnels de Sarkozy, à une dignité républicaine fondamentale et à un réalisme social plus que jamais urgent après ce dernier quinquenat de castes.
Ainsi l'infâmie dont taxe la gauche l'ex-hôte de Kadhafi, après d'ailleurs que sa première épouse ait été plus prompte à négocier avec le dictateur lybien la libération d'infirmières bulgares que lui-même à sauver plus tard (si tard) des journalistes français faisant simplement leur travail en Afghanistan, l'infâmie ne réside dorénavant plus que dans la parole sempiternellement mensongère des derniers fanatiques de la discrimination façon Sarkopen: d'un récent mais imaginaire voyage présidentiel à Fukushima aux soupçons reconduits par la Justice Française et pesant désormais sur le financement de l'UMP depuis au moins 2007, en passant par tous les points d'une exemplarité faussement promise, car d'affaires en affaires jamais tenue envers la République en cinq ans de souffrances pour une majorité de citoyens,l'infâmie nationale et ses minables "700 mosquées" serait donc de continuer, loin d'un patriotisme vraiment républicain, avec celle qu'à instauré comme inique système de pensée unique l'arrivisme bling bling d'un seul clan contre la famille de France qui doit vite se rassembler enfin.

Jerome Mathias Bel

Chaque jour de cette fin de campagne apporte son lot de révélations, ou de prochaines confirmations, c'est selon.
Ainsi, la revue Les Inrockuptibles, principalement dédiée à la musique éponyme, rapporte, après le sulfureux document produit par Médiapart, que la livraison d'une centrale atomique à un dictateur musulman était envisagée par Nicolas Sarkozy et son gouvernement avant que, discordes claniques obligent, la Libye ne soit plus le théâtre de Takieddiniennes opérations financières, mais devienne le théâtre de Takieddiniennes opérations de règlements de comptes de campagne... militaire dira-t-on.
Encore une "infamie" risque-t-on d'entendre demain, encore une "officine de la gauche" que cet hebdomadaire qui ferait mieux de s'occuper uniquement de rock'n'roll... A croire que Johnny aurait déjà réglé au ministère des finances du président-sortant son ardoise d'évasion fiscale. Mince! les portes du pénitencier seraient en passe de se refermer à nouveau? Sur qui?

Jerome Mathias Bel

C'est Gérard Longuet qui a médiatiquement coordonné, en tant que Ministre de la Défense du gouvernement Fillon, l'offensive française contre le régime de Kadhafi; du moins, une fois que ce dernier n'a plus eu d'utilité économico-politicienne pour le régime de Nicolas Sarkozy.
Il faut dire qu'en matière de "choc des civilisations", l'ex-fondateur du groupuscule nazillon Occident, concepteur et rédacteur du programme économique du FN lors de sa création en 1972, celui qui déclarait récemment qu'il y avait "un lien entre homosexualité et pédophilie, ça peut arriver. Notamment dans des écoles catholiques, on a pu voir ça", celui-ci s'y connaît de longue date.
Toute culture confondue, l'ex-raciste blanchi de voie de fait et de malversations financières, opportunément reconverti en politicien de droite, sait toujours désigner là un bouc-émissaire, ici une caricaturale carence, quand il ne cesse jamais de produire depuis sa paranoïa de croisé en embuscade, là un stigmate culturel, ici une discrimination religieuse.
Pas étonnant qu'aujourd'hui, dans le journal fanatique Minute, sans doute en écho à la fête pétainiste de Jeanne d'Arc qui parasite depuis trop longtemps celle des travailleurs chaque 1er mai, il confirme que l'idéologie sarkozyste reconnaît ses liens congénitaux avec le clan Le Pen dont il prévient déjà que la "compatibilité" définitivement repérée par le président sortant pour instrumentaliser les racines chrétiennes de l'UMP, sera prise en compte par cette nouvelle droite kärcher qui se profile pour les législatives, à l'heure où un cadre lepéniste a déjà juridiquement déposé depuis l'hiver le nom "Alliance"... Les orateurs et l'audience véritablement gaulliste du Trocadéro auront encore apprécié ce même jour une telle perversion de leur héritage politique, honteusement manipulé par un sarkozysme qui croit pouvoir faire oublier que Jacques Chirac, en 2002, refusa pourtant de débattre avec Le Pen père. Mais aujourd'hui, dans sa prétendue civilisation millénaire, Gérard Longuet persiste à signifier qu'à l'UMP, on fera bonne pioche avec la fille. Chez les électrices françaises, il veut sans doute privilégier exclusivement les blondes... Question de "civilisation" et de "culture" en effet; mais avec ou sans coloration artificielle au salon de coiffure de la droite?

Jerome Mathias Bel

Il semble que quelques élements constitutifs de ce "libre peuple de France" qu'exaltait hier en ces termes le président sortant, pendant que tout le reste du peuple français célèbrait la fête du travail, aient choisi de rendre hommage à la liberté de la presse et à ses travailleurs "vrais", en "véritables libres penseurs du libre arbitre et du vrai arbitrage" qu'ils confirment être ainsi:

http://www.liberation.fr/politiques/2012/05/02/une-journaliste-de-mediapart-agressee-par-des-militants-ump_815717

A posteriori, ceux-là doivent probablement regretter l'éthique journalistique d'une Memona Hintermann, grand reporter spécialiste du monde arabo-musulman et qui, de 1984 à Tripoli aux jardins élyséens en décembre 2007, a pu apprécier à sa juste mesure les différences de libre exercice de la presse sous les régime Kadhafi et Sarkozy. Sans qu'elle ait eu besoin de porter plainte, elle, à propos des relations avec le dictateur libyen, son souvenir leur permet sans doute de se rappeler donc que le candidat UMP prétendait déjà qu'il n'avait pas menti ni à son peuple ni à son hôte sous tente, à propos de liberté bien sûr. Sinon les défenseurs des droits de l'Homme s'en offusqueraient encore. Et les défenseurs de la liberté de la presse aussi. En consciences libres françaises de libres penseurs de France:

http://www.liberation.fr/politiques/010116136-je-revois-kadhafi-devant-moi-menacant-de-me-flinguer

Jerome Mathias Bel

Il n'est désormais pas outrancier de parler rétrospectivement de tourisme présidentiel à propos du quinquenat qu'achève hier Nicolas Sarkozy dans la "vraie France" du Trocadéro, scénographié à la bonne échelle de représentation humaine pour l'occasion et afin de signifier combien le candidat UMP voudrait dorénavant poser ses valises (!) et tout entier se dédier dorénavant à cultiver, les jardins du lieu n'étant alors qu'à un jet de Rose du Liban (tomate) par Ziad Takiedinne, l'identité nouvelle qu'avec application il forge chaque jour à droite de la droite, à chaque Buisson pourrait-on dire: faussement présent lors de la chute du mur de Berlin dont il se vantait pourtant, faussement présent en retraite spirituelle qu'il dédaigna au profit du yatch de Bolloré, faussement présent à Fukushima, faussement responsable de la perte du triple A, de la multiplication de la dette nationale, de l'augmentation du chomâge etc., il semble de plus en plus que le président sortant a par contre été vraiment présent sur la trouble scène du négoce militaro-industriel, avec en effet une option nucléaire plus réaliste qu'au Japon.

http://www.liberation.fr/politiques/2012/05/01/sarkozy-n-oublie-pas-le-guide_815682

A savoir vers quelles nouvelles destinations les croisières Bling Bling qu'il avait choisi initialement l'amèneront? Pourquoi pas jusqu'à Karachi dorénavant? Après tout, sur son affiche de campagne, il n'y a qu'un horizon méditerranéen sans frontière aucune. Et nulle trace de naufrage façon Costa Concordia. De l'UMP à l'UPM (Union pour la Méditerranée), les visites commentées sur la Costa Discordia n'en ont pas fini de faire rêver les électeurs français dirait-on.

carte

Encore un exemple des mensonges ou des excès du candidat Sarkozy qui annonce 200000 personnes au Trocadéro.Dans Rue 89,un internaute a fait un simple calcul.La place,circulaire,laisse une surface offerte au public ce jour-là de 15000m2(elle en fait 20000 dans sa totalité).Or les organisateurs de concerts de rock où le public est très serré indiquent 3 personnes au m2.Un simple calcul montre que notre président-candidat ment ou ne sait pas compter

François TETEVIDE

Abracadabrantesque ;-)

AFP 03/05/2012 à 14:24

L'ex-Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi, emprisonné en Tunisie, a affirmé que le régime de Mouammar Kadhafi avait financé la campagne 2007 du candidat Nicolas Sarkozy, ont rapporté jeudi à Tunis ses avocats.
"Mouammar Kadhafi, son régime et les responsables qui travaillaient avec lui ont financé la campagne électorale de Sarkozy en 2007", a déclaré à la presse Me Bechir Essid, avançant un montant de quelque 50 millions d'euros.

Jerome Mathias Bel

Empêtré dans l'usage du mot "mensonge", le président sortant a hier au soir tenté de faire oublier l'usage courant qu'il fît du fait pendant cinq ans, et jusque pendant ce direct encore. Comme un bilan de synthèse en temps direct en quelque sorte.
Quoiqu'il en soit, la vérité s'engage sur un chemin libyen qui prend à nouveau, avec les déclarations de l'ex-Premier Ministre de Kadhafi aujourd'hui, un tour que les plaintes réciproques entre le candidat de l'UMP et Médiapart ne suffiront sans doute pas à atténuer.
Les anciens amis libyens de Sarkozy mentent-ils ou ce sont les nouveaux amis libyens de Sarkozy qui mentent? Décidément, la notion de mensogne risque d'accompagner longtemps Nicolas Sarkozy, au-delà de la dimension historique du débat d'hier, et sans doute au-delà du résultat du second tour.
Le même jour, où son ancien collaborateur de campagne, Thierry Gaubert, également mis en examen dans l'affaire Karachi, vient d'être déjà condamné une première fois pour une malversation financière à partir du 1% logement, cela n'est pas de bon augure pour que celui qui souhaitait trois débats pour "exploser" le candidat Hollande, puisse développer un peu ce soir en meeting à Toulon sur cette question du logement que son obsession du mensonge n'a pas permis d'aborder hier au petit écran. Alors qu'elle concerne, à Toulon aussi, une majorité de citoyens pauvres. Et souvent plus honnêtes que le système sarkozyste qui les a affaiblis depuis cinq ans au moins. Mais pas assez occupés sans doute à des collectes de fonds UMP supplémentaires entre Neuilly et l'hôtel Bristol.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Albums Photos

Statistiques

Powered by TypePad