« Frédéric Mitterrand, du lit au porte-feuille: inutile à la tapisserie. | Accueil | Demain, pas d'abstention ! »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jerome Mathias Bel

Des gens à quai, les cinq dernières années en ont laissés beaucoup. Beaucoup trop encore et dans une indifférence effarante, dialogue social compris. Cela pendant qu'une technocratie qui se dit apte à une intellection plurielle du réel, tout en restant confortablement embarquée (embeded?)peine toujours à refonder non pas la politique mais le politique.
Si le discours du candidat Hollande à Orléans indiquait pour l'école non pas une restauration mais une refondation, quid de la culture en tant qu'elle demeure le laboratoire véritable du politique? L'école de la culture n'a pas de classes et s'adresse à chacun au quotidien, dans un professorat permanent qu'il ne faut pas confondre avec la culture de l'école. De là, tout votant est un "autodidaktes": il ou elle s'enseigne à soi-même. Et à telle enseigne, l'utile l'emporte souvent sur l'agréable...au détriment parfois de l'esthétique. Il est donc à espérer qu'au-delà des résultats d'un désormais imminent premier tour de ce crucial scrutin, le cap autrefois pointé par un Antoine Vitez par exemple, cet "élitaire pour tous", bénéficie au plus tôt d'une urgente autant que nécessaire refondation.

Robert PETIT

Vote utile:
Il existe bien un vote utile lors de ce premier tour de l'élection présidentielle c'est celui qui consiste à mettre François HOLLANDE au plus haut pour que Nicolas SARKOZY perde toute chance de se faire réélire.
Mais en dehors de ce vote utile il est indispensable qu'il y ait un vote d'adhésion le plus large possible pour permettre au nouveau président d'engager les réformes indispensables,comme cela fut fait par le Général de Gaulle en 1958,car ne l'oublions pas la situation de la France est aussi grave qu'à la fin de la IV éme République.
Une forte majorité parlementaire de Gauche à l'Assemblée viendra conforter la position du président qui sera dans l'obligation de travailler étroitement avec elle.
Nous ne voulons pas qu'un président de la République continue la dérive monarchique de la Véme et celle bonapartiste du mandat de SARKOZY.

Michel Moine

Il me semble que l'espace du vote d'adhésion est bien suffisant pour éviter le recours systématique, et bien souvent total, à l'argument du vote utile. Je considère que le citoyen préfère qu'on s'adresse à son intelligence plutôt qu'à sa peur. J'ai eu beaucoup de retour en ce sens, du terrain.

Le vote d'adhésion est un vote de qualité. Le vote utile beaucoup moins.

Faire le parallèle avec 2002, et l'élimination de Jospin, est quand même un peu court, et exonère un facilement au passage notre candidat de l'époque de l'analyse des raisons de son échec, que la présence d'autres candidats à gauche ne suffit pas à expliquer, même si c'est bien commode.

Michel Moine

Il est quand même un peu plus intéressant de se placer dans une logique de plus grand dénominateur commun plutôt que dans le recherche du plus petit.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.