« Résultats 1er tour à Aubusson | Accueil | De la nécessité de changer de République. »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Philippe PETIT

Le score du front national est un échec des deux principaux candidats qui n'ont pas su soit trouver les mots, soit agir pour contrer les discours et les actions simplistes du front national. Le danger est là, bien présent, qui s'installe, s'établit et s'enracine dans la société française. Nous avons la mémoire courte et nos jeunes n'ont pas les repères, les explications et les enseignements qu'ils sont en droit de recevoir. Un seul a parler le langage de la vérité qui n'a peu de chances d'être repris pendant les 15 jours qui nous séparent du second tour.

Jerome Mathias Bel

Selon le sociologue Erving Goffman (Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Ed.Minuit, 1963), le stigmate ne trouve son existence que dans la valeur qu'on lui donne. A partir de cela, et au souvenir du résistant Jankélévitch ("L'intolérance est intolérable"), il est possible de s'interroger sur la valeur à accorder à ce qui n'existe que par le(s) stigmate(s); particulièrement quand celui/ceux-ci sont inventés, entretenus ou développés à partir d'ignorances ou d'idées reçues, voire de clichés distillés ou d'épaisses caricatures, tous phénomènes prompts à un triste plus grand dénominateur commun: la désignation d'un bouc-émissaire en alternance avec le précédent. De ce point de vue là, 5 ans de sarkozysme amènent en effet à une "France forte": à hauteur d'un certain pourcentage, tous calculs de probabilités de reports et additions faits, il s'agit d'une France forte de ses préjugés... Or la force du préjugé n'est-elle pas l'élémentaire dynamique de tout stigmate?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.