« En finir avec le cumul | Accueil | Arrêter de cumuler en 90 jours, c'est possible ! »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jerome Mathias Bel

Il est intéressant d'observer, à travers ce débat sur le cumul/non cumul des mandats, désormais ouvert politiquement et médiatiquement à toute échelle, comment une telle problématique, passionnante en soi puisque elle questionne de près la notion d'éthique politique, devient surtout un vecteur de lutte politicienne pour quelques détracteurs du gouvernement Ayrault, plus prompts à se saisir aujourd'hui, avec un opportunisme somme toute grossier, de ce qu'ils souhaitent faire enfler au plus vite comme une polémique nationale (et en cela contribuer à une autre forme du discrédit du politique), qu'à se dégager d'une amnésie coupable au même titre que d'autres.Comme si en toute frange partisane le mauvais exemple n'avait pas été donné en pratique avant cette promesse électorale et cet engagement à l'exemplarité de la part du Parti Socialiste, certes novateur en la matière. Comme si aucune tendance n'avait eu dans ses rangs et hiérarchies quelques potentats dont l'existence, aujourd'hui, semble franchement indisposer une grande majorité de citoyens, sensibles, très sensibles, à ce phénomène de politiquement correct venu du monde anglo-saxon depuis plus d'une décennie, comme une ère nouvelle de la correction et de l'exemplarité citoyenne, d'un champs social à un autre parfois aussi ouvert aux vents souvent troubles d'un moralisme supplémentaire.
Le MoDem creusois, et d'autres pétitionnaires, s'empresse ainsi d'interpeller le seul député creusois qui reste au département, du fait de sa mandature municipale. Osera-t-on nous dire alors que l'identité pleinement socialiste de celui-ci ne se trouve là concernée qu'en regard du débat fertile qui anime son parti depuis longtemps et de façon déjà exemplaire sur cette question ? Ou poussera-t-on le bouchon à se prétendre alors, en la bien pratique circonstance, plus socialiste que le militant Vergnier?
A se demander où était l'éthique et la volonté de moralisation de la vie politique quand le maire de Cressat empilait hier encore les mandats avec le plein soutien ou le complice silence des mêmes qui, aujourd'hui, revêtent la panoplie du chevaier blanc comme dernier effet d'amnésie. Bref, rien de nouveau sous ce soleil en orangé crépusculaire: l'objectivité analytique s'accommode mal avec le costume politique, surtout quand, à propos du PS, le dit costume porte à droite.
Qu'il me soit donc permis de renvoyer ici vers cet article signé par Stéphane Beaumont aujourd'hui dans Le Monde. Ce passionné de poésie avec lequel il m'a été offert de pouvoir passionnément échanger en de nombreuses occasions, ne m'en voudra pas trop de ne pas partager son point de vue qui, néanmoins, a le mérite de pointer un horizon autre pour une éventuelle réflexion à mener collectivement ici, comme nous y invite notre hôte: car c'est de la territorialité du politique qu'il conviendrait vite de parler, avant qu'à l'insu de Stéphane ou d'autres, nos "terroirs" de carrière politique ne deviennent trop le terreau pour des appétits déjà bien aiguisés d'ambitions très nationales.
http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2012/07/06/le-cumul-des-mandats-un-imperatif-republicain_1729962_3232.html

Mathieu Charvillat

Je m'étonne Jérôme de ce climat de suspicion méprisant à l'égard du MoDem 23 alors même que nous nous étions fait l'échos dans la cité tapissière, lors d'un rendez-vous que vous aviez hautement condamné sur un autre blog, des rénovations nécessaires qu'exigeait notre Démocratie, que nous décrivions en Crise. Ce que vous réfutiez...

http://democrate23.blogspot.fr/2012/01/apero-democrate-aubusson-reconstruire.html


J'ajoute que les thématiques énoncées lors de cet "apéro-démocrate" visait tout autant des dérives qui se déclinèrent tout autant à Droite qu'à Gauche. L'objectivité vous oblige à le reconnaître.

Il semblerait que pour vous le souci d'exemplarité éthique ne se décline qu'au socialisme. C'est un peu court.

Lorsque l'on se targue du changement après avoir été si critique, lorsque l'on s'engage formellement dans un projet de rénovation et de moralisation de la vie politique, il est normal pour le citoyen lambda d'attendre une mise en concordance des paroles et des actes ; cela oblige à une exemplarité irréprochable !

Trop simple après de jouer l'élu réfractaire lorsque l'on sait les directives du PS en la matière, celles-là même que Michel Moine a courageusement énoncées.

Trop simple et trop réducteur de vouloir pompeusement jouer le jeu de la polémique et de l'hypocrisie politique lorsque l'on sait à quel point cette thématique nous tient à coeur.

L'inconfort de la situation se révèle ainsi, lorsque l'on est à ce point mis face à ses propres contradictions.

Robert Peit

Je maintiens ma position,je ne suis pas favorable à la régle que veut imposer le PS à ses élus c'est à dire le non cumul d'un mandat parlementaire et d'un mandat exécutif local,je considére que c'est un grave erreur qui éloignera les élus du terrain.
A mon avis en l'absence d'une Loi appliquer unilatéralement la régle pronée par le PS déstabiliserait les élus.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.