« Inauguration du square des Justes parmi les Nations d'Aubusson | Accueil | En finir avec l'amnésie »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert PETIT

La régle de non cumul d'un mandat parlementaire et d'un mandat exécutif local permettra de rajeunir les Assemblées mais il ne faut pas oublier avant d'édicter des régles d'envisager leurs inconvénients:
-La Gauche a pu conquérir la majorité à l'Assemblée Nationale et au Sénat que grâce à sa forte implantation locale et aux succés qu'elle a obtenu aux diverses élections:municipales,cantonales,régionales; Ses élus ont une forte implantation dans le pays et ils doivent la conserver.
-Si l'on estime normal qu'un député se consacre exclusivement à sa fonction de législateur je suis réservé quant aux sénateurs qui représentent non pas directement les électeurs mais les collectivités locales,leur corps électoral étant composé exclusivement d'élus.Envisager qu'ils ne seraient plus eux mêmes des responsables exécutifs locaux à partir de leur élection au Sénat sera difficile à faire admettre et il n'est pas du tout certain que le Sénat accepte de voter une telle disposition.
Et puis cette réforme devrait s'envisager dans le cas d'une grande réforme constitutionnelle qui devrait être l'un des chantiers majeurs de ce quinquennat.

carte

Mon avis n'est pas très important(ce n'est que celui d'un simple électeur socialiste),mais j'ai envie de l'exprimer.Je pense que le PS,s'il s'applique cette règle de non cumul des mandats,se tirera tout simplement une balle dans le pied.Il sera le seul à agir ainsi et cela fera le jeu de l'opposition de droite.Multiplier les mandats est absurde,j'en conviens,mais limiter à deux(du style député-maire) me semble une bonne chose.Cela permet de voter les lois et de les mettre en application alors qu'un député sans mandat exécutif est éloigné des réalités du terrain

Jerome Mathias Bel

C'est une double question d'échelle qu'il conviendrait de considérer attentivement dans une articulation certes délicate mais nullement in-envisageable pour, en effet, ne pas accentuer le discrédit du politique qui ne cesse de gagner du terrain dans notre société, ruralité ou pas: celle de la représentation territoriale et celle des rôles constitutionnels.
Qu'un sénateur soit un élu du peuple par le fait d'un scrutin sénatorial adéquat n'implique pas qu'il doive, pour remplir ses missions, être en même temps un "élu de terrain" qu'il fut d'ailleurs auparavant si l'on veut bien admettre le rapport à l'expérience politique traditionnellement inhérent à cette fonction républicaine.
Qu'un maire doive se consacrer à sa circonscription et aux besoins de ses administrés n'implique pas qu'il ne puisse intégrer dans sa fonction des relations de travail régulières avec un conseiller général, un élu de la région commissionné ou le représentant d'une députation, voire un ministère et son premier responsable si nécessaire.
Le non-cumul des mandats est un impératif qui devrait concerner toute les formations politiques car il en va de la crédibilité de la profession de foi politique en soi, à l'heure où les français subissant pleinement la crise économique et sociale que nous connaissons espèrent paradoxalement d'une qualité professionnelle dans l'exercice de toute mandature mais n'apprécient que de moins en moins qu'une responsabilité politique issue de leur plébiscite soit un vecteur de carrière individuelle où l'exemplarité citoyenne finirait parfois par être secondaire, reléguée qu'elle est toujours trop souvent au second plan éthique après une excessive dérive dans la professionnalisation outrancière du profond voeu de service républicain qui doit, fondamentalement, animer toute personne briguant suffrage. Tout élu, particulièrement dans des contextes difficiles, se doit de ne pas oublier que la responsabilité qu'il s'est proposé d'assumer pour toutes et tous, s'en prétendant ainsi en maîtrise suffisante des compétences requises, implique un rapport si nécessaire sacrificiel, tel un capitaine de navire démocratique, sans lequel son devoir d'exemplarité ne serait que façade. Le gouvernement Ayrault joue donc toute sa crédibilité symbolique et pratique sur ce point dès la rentrée en effet. Car tolérer encore le cumul des mandats, c'est, à gauche déjà, décevoir en refusant d'établir en actes et comme promis, une importante confiance de fond avec les français dans l'indispensable effort commun actuellement nécessaire , mais aussi périlleusement entretenir une défiance de fond tout aussi grave envers le processus démocratique, tout simplement. Lequel se base sur le fait de convoquer la volonté du peuple pour l'appliquer avec Raison, pas pour la révoquer ensuite par opportunisme personnel ou idéologique.

Robert PETIT

La position du PRG sur le cumul des mandats est différente de celle du PS car il estime qu'un élu devrait pouvoir exercer deux mandats par exemple député maire ou sénateur maire de maniére à garder un lien fort avec la population comme cela a toujours été la tradition radicale qui privilégie l'implantation locale des élus.

Georges

Sinon, Jérôme, il t'arrive de mettre des points dans des phrases, ou de dire les choses simplement. Ton discours est certainement pertinent, mais également indigeste...

Jerome Mathias Bel

Georges,
Au tutoiement anonyme nul n'est tenu. Vous pourrez donc concevoir que c'est sous un aspect plus nominatif que j'espère de votre acuité grammaticale pour pointer les erreurs de syntaxe qui pourraient éventuellement être corrigées dans un propos sincère et non pas un discours.
Ceci dit, permettez qu'il soit rappelé que, sur un blog, ou en tout autre support de lecture dite de consultation, nul n'est également tenu à l'indigestion. Le système de défilement vertical a ceci de pratique qu'il permet de passer rapidement d'une intervention à la suivante en cas de lassitude ou d'empêchement.
Enfin, simplicité ne rimant pas encore avec simplisme, il faut souligner que votre usage du mot "sinon" en début de cette expression vôtre me laisse à mon tour très perplexe. Mais nul doute qu'un grammairien qualifié pourrait préciser cela, bien plus que mes incompétences en la matière ne me l'autorisent. Et si "l'inconscient est structuré comme un langage" (Lacan), alors la psycho-linguitisque aurait fort à parier ici, au-delà d'une aigreur passagère, nourriture intellectuelle et sucs digestifs afférents oblige. Ce second point restant une hypothèse pour spécialiste que je ne suis en rien, me contentant d'entretenir au mieux une franche appétence.
En conclusion, vous comprendrez aisément ma réticence à sacrifier à l'accélération permanente que la technologie dite de "communication" induit chaque jour davantage au détriment d'une perception raisonnable de la chose écrite, lequel phénomène me semble un risque d'accident grandissant pour toute prétention à l'intellection du réel auquel nos respectifs points de vue sur un sujet (ici le cumul des mandats) nous relient.
Et comme il ne s'agit pas simplement là de relire mais donc de relier, j'espère bénéficier au moins du vôtre quant à ce cumul qu'avec notre hôte je crois politiquement peu recommandable à toute expression démocratique s'entend. Car il en va parfois des textes comme de mandats politiques qui en découlent souvent: il s'agit de savoir correctement rempiler plutôt que d'empiler.

carte

Je ne pratiquerai pas le tutoiement comme Georges,mais je dois dire que je partage son sentiment quant au côté indigeste des écrits de J.Mathias.Bel.Il est bien évidemment libre de s'exprimer comme il l'entend,mais il ne doit pas oublier que l'essentiel c'est d'être compris par tout le monde( tous les lecteurs de ce blog ne sont pas des férus de linguistique ou de grammaire).J'espère que mon propos ne sera pas pris comme une attaque personnelle,mais comme la réaction de quelqu'un qui aime les choses simples

Mathieu Charvillat

Un sujet sur lequel nous nous retrouvons... Parce que le cumul est un frein qualitatif à l'expression démocratique, une expression qui a autant besoin de respect que de rénovation.

Ce pourquoi, nous avons écrit au député Vergnier... Et que nous écrirons à d'autres parlementaires...

http://modem23.lesdemocrates.fr/2012/07/05/le-changement-cest-maintenant-le-non-cumul-cest-maintenant/

Jerome Mathias Bel

Carte,
Je confirme: personne n'est obligé de lire ce qui lui semble obscur ou nébuleux. Et il ne s'agit pas toujours d'une question de forme: si vous saviez combien de fois il m'arrive de trouver nébuleux un point de vue juste parce que celui-ci, péremptoire ou indigent, voire les deux, n'a pas pris la peine de considérer quelques fondamentaux et autres profonds implicites de pensée!
Ceci dit, entre le libre arbitre selon Schopenhauer et la servitude volontaire de La Boetie, il y a déjà matière à définir ce "tout le monde" dont vous parlez; sachant qu'il s'agit ici d'un blog où s'expriment quelques voix plus ou moins anonymes, logiquement à partir d'un billet de notre hôte, ne pas oublier que chacun est une personne me semble indispensable à ne pas confondre cet espace de commentaires avec une tribune prosélyte à destination du plus grand nombre. Pour cela, le mieux est d'avoir son propre blog pour y publier ce qui vous semble indispensable de dire, si tant est qu'il le faille. C'est ainsi que l'anonymat est un horizon préalable. Pas plus qu'un auteur ne connaît par avance ses lecteurs, un blogueur ne connaît les siens sans leurs commentaires. Ensuite, libre à eux de considérer au même titre, billet et commentaire, même si il est évident qu'un commentaire est orienté en premier lieu vers le billet qui le suscite. Avant de d'être plus ou moins entendu par tout ces "tout le monde" volontairement anonymes.
Sinon, chacun s'exprime à sa façon pour qui veut bien faire l'effort de l'entendre non? Il y a tant de ""tout le monde" qui ne fait plus cet effort de base et se contente d'ingurgiter ou regurgiter du poncif ou du slogan venus de préjugés ou de pensées pré-mâchées qu'un échange véritable ne se fait pas entre plusieurs "tout le monde" totalement indéfinissable mais entre personnes, si possible identifiables. Ne pas négliger peut-être ici aussi que cet échange est toujours la condition du partage, et non l'inverse. A moins de préférer l'indistinction d'une grande distribution... pour "tout le monde".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.