« Majorité de minoritaires ? Qu'es aco ? | Accueil | ELECTION DES CONSEILLERS DEPARTEMENTAUX, DES CONSEILLERS MUNICIPAUX ET DES DELEGUES COMMUNAUTAIRES »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Robert Petit

Ma position n'a pas changée, je l'ai exprimée dans mon livre "Aubusson et la Creuse à la Croisée des Millénaires" page 30

"Ceux qui célébrent la fin des combats en Algérie le 19 mars,ne devraient pas oublier que de mars à septembre 1962,il y eut près de 150 000 morts. Le 19 mars marque l'arrêt formel des combats;pas la fin de la guerre d'Algérie"

Rien à voir avec ce qui s'est passé lors des guerres mondiales, il y eut certes des morts aprés l'armisitice mais ce furent majoritairement le cas de bléssés pendant la guerre ou de tués dans des combats en Russie mais les proportions ne sont pas les mêmes.
Tout à fait d'accord pour honorer les morts de cette sinistre et inutile guerre mais pas d'accord pour passer par pertes et profits ceux d'après le 19 mars.

michel moine

Robert, les morts postérieurs au 19 mars ne passent pas par pertes et profits ! Mais il est indéniable que cette date marque la fin politique de la guerre d'Algérie, avec tellement plus de légitimité que le 5 décembre !

Robert Petit

Michel,
D'accord le 5 décembre ne représente rien,mais on devrait reprendre l'initiative de Valéry Giscard d'Estaing qui proposait d'honorer tous les morts pour la France le 11 Novembre date de la fin du plus meurtrier conflit que la France ait connu.
D'ailleurs le nom des morts lors de la guerre de 1939-1945,ceux de la guerre d'Indochine et ceux d'Algérie figurent déjà sur les Monuments de 14-18.

michel moine

Je suis un peu dubitatif sur le côté "fourre-tout" mémoriel de cette idée. Chaque commémoration marque un moment particulier de notre Histoire, avec un sens politique qui lui est propre. Tout mélanger avec une date unique ne garantit pas une maitrise claire de ces épisodes historiques par nos concitoyens, notamment les plus jeunes.

Le respect des dates me parait mieux assurer le nécessaire devoir de mémoire qui s'impose, en principe, à chacun d'entre-nous.

Jerome Mathias Bel

Afin que le destin individuel de chacune & chacun ne soit pas, plus encore qu'il ne l'est malheureusement si souvent déjà, l'occasion d'une illusoire dilution dans l'Histoire au prétexte d'une définition de l'intrigue historique envers laquelle certains nous mettaient en garde il y a peu encore (Derrida, Agamben, entre autres...) , afin donc que "la pensée du détail" de Walter Benjamin ne soit pas également perdue au profit de tous les insupportables révisionnismes de pensée et de tous les néfastes entretiens confusionnels du passé, il est en effet souhaitable que la distinction chronologique des faits puisse prévaloir et assurer ainsi autant de spécifications mémorielles. Ceci dit, s'il s'agit donc de distinction, élément pleinement nécessaire ici encore tant à la connaissance qu'au savoir, alors il devrait être temps de parler enfin de droit de mémoire et de devoir de témoignage plutôt que l' inverse. Il en va ainsi fondamentalement des fonctions d'inventaire d'une part, et de responsabilité d'autre part. Car comme l'indique Bergson: "Nous ne percevons pratiquement que par le passé, le présent pur étant l'insaisissable progrès du passé rongeant l'avenir."

Jerome Mathias Bel

Que l'on pardonne ce hors-sujet mais l'usage des commentaires étant désactivé sous le dernier billet traitant de la rénovation de la vie politique, il est important de souligner au plus tôt une position claire et courageuse:
http://www.liberation.fr/politiques/2012/11/09/jean-pierre-sueur-il-faut-faire-cette-reforme-qui-restera-dans-l-histoire_859332

Robert Petit

Intéréssante explication philosophique de Jérome Mathias Bel qui se référe notamment à Bergson. Je ne partage pas du tout les idées et les conceptions de ce philosophe qui revendique pour l'homme la spiritualité alors que je considére que le monde est purement matériel et que sa structure, son avenir sont réglés par les seules mathématiques,la philosophie étant un exercice intellectuel au même titre que les religions.

Jerome Mathias Bel

"Que nul n'entre ici s'il n'est géomètre." De cette célèbre formule inscrite sur le portail de l'Académie, école de Platon, aux travaux de Albert Lautman ou Stephen Wolfram, la philosophie des mathématiques participe fondamentalement de la civilisation occidentale. Et il peut être périlleux de ne pas clairement distinguer, à nouveau, philosophie et religion, ne serait-ce qu'à travers la cigue à laquelle Socrate déjà fut obligé pour avoir, selon ses juges, nié les dieux de la Cité ; en effet, le point commun des idéologies totalitaires qui ont ravagé le 20ème siècle à l'échelle planétaire reste une dialectique matérialiste dont des principes similaires nourrissent aujourd'hui un ultra-libéralisme paradoxalement soutenu par une tragique financiarisation du réel.

Claude Teyton

Je pense également que le 5 décembre n'a pas été un bon choix,

J'ai toujours été pour une reconnaissance d'aprés le 19 mars, comme en témoigne la plaque sur la stelle du 19 mars, dont j'ai été à l'iniative durant mon mandat d'adjoint, située prés du dojo et du restaurant scolaire, ou, en accord avec la FNACA, il est stipulé, aprés la phrase : 19 mars , fin de la guerre d'algérie, " et en mèmoire de tous les anciens d'AFN tombés au champ d'honneur"

j'ai toujours trouvé brutal, la phrase tradionnelle que l'on peut lire partout.

Au final, il semble que tout le monde soit satisfait.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.