« Programme "Aubusson pour tous": modernisation de l'éclairage public | Accueil | Programme "Aubusson pour tous": nouvelle maison de retraite au Mont »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mathieu Charvillat

Qu'il me soit permis, de la même manière que j'accepte la publication d'une réponse légitime, de pouvoir répondre à mon tour :

Y aurait-il une honte à dialoguer avec autrui ?

Ai-je cité votre nom, j'ai fait part d'un échange que j'ai moi-même qualifié de courtois, respectueux et agréable. Il n'y a ici ni compromission, ni jugement de la personnalité d'autrui, ni même une atteinte quelconque à la personnalité que vous êtes, puisque non nommément cité, et puisque libre de vos opinions et interprétations. Et cela se respecte.

Je vous ai effectivement rappelé que je n'ai pas été désigné par l'opposition, mais élu par celle-ci, à une voix près, c'est bien juste de le préciser.

J'ai en outre, précisé, ce que vous pourriez dire aussi, que puisque moi-même fils et petit fils d'enseignants, je regrettais certains commentaires que j'ai moi-même qualifié de haineux, non avenus, non productifs. Et je le dis sans honte ni culpabilité.

A aucun moment, je ne vous affuble d'une prétention quelconque à disposer d'un monopole relatif à l'intellect, tout est dans la perception et l'interprétation que vous faîtes de la scène : vous êtes surpris d'un état de fait, que je vois de mon côté comme un signe d'ouverture. Et après ??? Qu'a-t-il donc été déformé ?

Tout dans le dialogue relève de l'interprétation que l'on en fait, pour vous comme pour moi. Quel profil auriez-vous vu comme chef de file de l'opposition, puisque le mien vous surprend ? Celui d'un "bourrin lourdingue", la formule est de moi-même, tout à fait, une interprétation comme celle que vous faîtes dans cette réponse.

Sur la question de l'interprétation, laissez-moi vous retourner votre formule : si vous interprétez la volonté et les intentions des Aubussonnais comme vous l’avez fait des miennes en me prêtant la malveillance que vous me reprochez, et si vous traitez avec autant de légèreté et d’opportunisme malsain la parole de vos interlocuteurs, nous avons toutes les raisons de nous inquiéter de votre ambition.
Vous jouerez-vous de la confiance des citoyens comme vous vous êtes joué de la mienne ?

Cette réponse de votre part : souci de transparence ou malveillance électoraliste ? Chacun jugera en son âme et conscience.

Pas de haine dans mon propos, une certaine honnêteté intellectuelle plus certainement.

En outre, le mot ambition que vous employez concernant la fonction de maire, je lui substituerai bien plus volontiers le mot responsabilité, il sonne mieux à mes oreilles.

Je dois concéder ne pas comprendre cette nervosité ambiante, ce ton de la même veine que la haine que vous dénoncez, mais distillée avec des mots plus recherchés. Je n'ai de haine pour personne, et vous ne sauriez prétendre, (prenons à nouveau les deux personnes dont vous parlez à témoin) que le récit que j'explicite aussi ici, avec votre concours, relève de l'affabulation.

La leçon à tirer, en guise de conclusion, que vous auriez dû retenir, car c'en était bien là l'intérêt, c'est que je précise dans ce même post, qu'il est important de sortir des schémas pré-établis, et nul ne saurait, quelque soit son affinité politique (ce qui signifie autant vous que moi), se prévaloir, ni du monopole du coeur, de l'humanisme, ou même de l'intellect. C'est pour moi, le signe de l'ouverture, et c'est cela qu'il faut retenir, et je pense que de ce point de vue, avec un cheminement sans doute différent, nous sommes parfaitement en phase.

Robet PETIT

J'avoue que je trouve confuses les explications de Mathieu Charvillat faisant suite à la mise au point faite par Michel Dias consécutive à la relation qu'il jugeait tendancieuse d'une conversation nous dirons de trottoir.
Lorsque l'on prétend diriger une ville il faut des propos clairs, un plan d'action précis et surtout ne pas laisser polluer sa campagne par des propos haineux de la part de gens qui se disent ses amis, sinon nous pourrions penser que le leader de l'opposition, sous une apparence humaniste, partage en réalité les thèses inquiétantes de ceux qui le soutiennent

Alayn

Bonsoir !

Simple question: le candidat, que Mathieu Charvillat a battu d'une voix, étais-ce Claude Teyton ?

Merci pour la réponse !
Salutations Anarchistes !

michel moine

Non, c'est Jean-Marie Massias, le conseiller général. Claude Teyton aurait eu seulement deux voix. Mais je n'y étais pas... :-)

Alayn

Bonjour !

Ah Ok, merci pour la réponse.

Salutations Anarchistes !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.